Terra 09 juillet 2016 à 10h00 | Par Claire Le Clève

Laurence Annic à la tête de la commission féminine de Rés'Agri 56

Contexte oblige, c'est une journée voulue comme une "bouffée d'air" que la commission féminine de Rés'Agri 56 a organisé, vendredi dernier, sur la presqu’île de Rhuys. Objectif de ces retrouvailles ? Écouter les attentes et bâtir un plan d'actions pour y répondre. Rencontre avec celle qui vient d'en prendre les rênes, Laurence Annic.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour échanger et faire émerger des attentes, une dizaine d'agricultrices de la commission féminine de Rés'Agri s'est retrouvée
Pour échanger et faire émerger des attentes, une dizaine d'agricultrices de la commission féminine de Rés'Agri s'est retrouvée - © CLC

"L'existence de la commission féminine pourrait bien être remise en cause", Laurence Annic ne cache pas sa crainte. Cette femme, qui, avec son fils, rejoindra le Gaec familial laitier le 1er janvier 2017, l'affirme tout en douceur mais avec fermeté : "il va falloir se battre". En jeu : la pérennité des moyens d'animation mis à disposition dans un contexte budgétaire à la fois contraint et marqué par la régionalisation des chambres d'agriculture de Bretagne.

Besoins spécifiques

"Or un agriculteur sur trois est une agricultrice avec des attentes spécifiques", rappelle-t-elle. "L'existence de cette commission féminine est une demande forte. Il y a un vrai besoin à se retrouver entre nous. Et c'est au niveau local que tout se passe. On déborde parfois du professionnel, on y revient toujours par des sujets qui peuvent sembler annexes et pourtant ils touchent bien la vie de l'exploitation...". Une conviction partagée avec Anne-Sophie JEGAT à qui elle succède à la tête de la commission féminine des groupes de développement agricole du Morbihan, rebaptisé Rés'Agri 56. Et 2017 sera une année riche pour ces laboratoires à idées que sont ces ex-GVA, entre organisation du festival national des groupes, à Vannes les 19 et 20 janvier prochains, et les 10 ans du congrès des femmes en agriculture. "La cause des agricultrices sera exprimée, nous y veillerons."

Encourager les femmes

Cause des femmes largement abordée lors de cette journée du 1er juillet dernier sur la presqu’île de Rhuys en deux temps ; avec visite du château de Suscinio le matin, puis découverte du camping à la ferme l'Abri côtier, de Nathalie Rio à St Gildas de Rhuys, membre du réseau Bienvenue à la ferme. Place aux échanges l'après midi. "Nous nous appuyons toujours sur des témoignages de femmes, qui exercent d'autres métiers à responsabilités. Il y a cette valeur de l'échange mais au delà, c'est une manière d'encourager les femmes à montrer ce dont elles sont capables", pointe t-elle. Il y a aussi la volonté de faire émerger les attentes venant du terrain, pour y répondre, "quelles qu'elles soient, techniques ou non, c'est notre force". Une valeur ajoutée dont nulle autre profession a su se doter. Une journée conçue également comme une échappée belle, "les vacances approchent... et je ne suis pas sûre que tout le monde parte, alors c'est une bouffée d'air qui nous remotive personnellement pour mieux revenir dans nos fermes". Et c'est aussi ça, les groupes de développement.

 

Claire Le Clève

 

 

 

Accroche : Encourager les femmes à montrer ce dont elles sont capables

 

 

Laurence Annic vient de prendre les rênes de la commission féminine de Rés'Agri
Laurence Annic vient de prendre les rênes de la commission féminine de Rés'Agri - © Claire le Clève

Agricultrices nouvelle gérération

" Les agricultrices sont en contact régulier avec les commerciaux, le comptable, les voisins… Mais elles essayent également de plus en plus de garder une activité en lien avec l'extérieure : via la pratique d’un sport, en s’engageant dans une association, à la Commission Agricultrices ou à la Mairie. La nouvelle génération d’agricultrices ressemble ainsi de plus en plus aux femmes actives qui travaillent à l’extérieur. Elles aiment la liberté de leur métier, la vie en milieu rural, le choix de leurs activités et de leur emploi du temps. C’est ce qu’a souhaité montrer le réseau Rés’Agri 56, vendredi dernier. Une dizaine d’agricultrices du département ont bénéficié d’une journée, riche en échanges et découvertes. Cette journée fut une bouffée d’air, une réelle parenthèse pour alléger leur charge mentale en écoutant le témoignage le Nathalie Rio, gérante du camping l’Abri-Cotier à Saint Gildas De Rhuys. Elle est un bel exemple d’une femme active, pleine de ressources et d'idées qui se bat au quotidien ".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes