Terra 11 mai 2016 à 08h00 | Par Chantal Pape

Le boudin, une autre façon de stocker l'ensilage d'herbe ou de maïs

Si la technique est bien connue dans le Massif Central, la mise en boudins fait ses premiers pas en Bretagne. Une démonstration était organisée lundi dernier à Plounevez Lochrist.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après la prestation de semis et arrachage de betteraves, Ronan Meudec propose de stocker de l'ensilage en boudins. © Chantal Pape Une démonstration a été organisée le 9 mai dernier chez Manu Picart, à Plounevez-Lochrist. © Chantal Pape Si ces hérissons vont pousser le fourrage vers le boudin, ils vont aussi avoir tendance à recouper les brins, © Chantal Pape

"Aujourd'hui, de plus en plus d'éleveurs veulent une ration multi-produits". Et c'est pour les aider à les stocker que Ronan Meudec s'est équipé d'une boudineuse. "Les boudins de 2,70 m de diamètre sont adaptés à l'ensilage d'herbe ou de maïs ou au méteil. Pour les épis de maïs, il faut prévoir un diamètre plus petit, 2,40 m".

A la place du silo taupinière

Fabriquée en Tchéquie, sa machine vient tout juste d'être livrée et a assuré ses premiers chantiers la semaine dernière. "Je voulais éviter les silos taupinière", explique l'éleveur. Manu Picart, chez qui se déroulait la démonstration, voulait résoudre le casse-tête de l'enrubannage. "Mes parcelles sont à Plouénan, l'élevage à Plounevez Lochrist. Tous les ans, je réalisais 150 round, qu'il fallait ensuite aller chercher". Il a fait son calcul. "Les autochargeuses et la boudineuse ne me reviendront pas à plus cher que le transport".

Un gain de temps

Pour promouvoir cette nouvelle technique, Ronan Meudec cite aussi le gain de temps. "Pas de bâche à mettre sur le tas, en fin de chantier. Et, lors de la distribution, pas de pneus ou de sacs de sable à enlever, un coup de cutter suffit". Sans oublier une meilleure qualité de fourrage. "Ici, la fermentation est plus rapide. Et le fourrage compacté à 900 kg/m3, contre 700 à 800 au silo".

Pour faciliter la distribution, en hiver, l'idéal est de poser ce boudin sur une dalle bétonnée. "Mais sur du stabilisé sans gros gravillons, ça marche aussi". Pour le protéger des oiseaux, le boudin devra être recouvert d'un filet. "Mais il faut qu'il s'arrête à 15 ou 20 cm du sol, pour que les rongeurs ne puissent pas y monter".

Le tarif de la prestation varie de 30 à 35 €/m linéaire de boudin, selon sa longueur. "Il faut compter entre 2,50 et 4,50 m/ha pour l'herbe, 7 à 10 m/ha pour le méteil et jusqu'à 15 m pour le maïs", estime Ronan Meudec, qui intervient seul, pour un chantier autonome. "Il faut 20 à 30 minutes pour vider une autochargeuse. Et, en maïs, la boudineuse peut suivre une ensileuse 10 rangs".

En pratique

Pour plus de renseignements, vous pouvez joindre Ronan Meudec au 06 75 23 39 48.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Infos techniques terra sur Synagri

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui