Terra 06 octobre 2017 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Le lycée La Ville Davy accueille une journée 100 % bio

Dans le cadre de l'événement régional "La Terre est notre métier", une journée d'enseignement dédiée à l'agriculture bio, a permis à 259 élèves costarmoricains d'assister à des conférences et de rencontrer des éleveurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'éleveur bio Serge Lanneshoa, Bernard David, directeur du lycée, Sarah Choupault et Gaëlle Corcuff du Gab22, Pascale Doussinault, arboricultrice et administratrice Gab22.
L'éleveur bio Serge Lanneshoa, Bernard David, directeur du lycée, Sarah Choupault et Gaëlle Corcuff du Gab22, Pascale Doussinault, arboricultrice et administratrice Gab22. - © terra

Pour cette première édition en Côtes d'Armor, c'est le lycée La Ville Davy à Quessoy qui a offert l'hospitalité dans le cadre de la journée d'enseignement agricole organisée par le réseau Gab-Frab en Bretagne jeudi 28 septembre. 259 élèves dont 114 élèves du lycée agricole La Ville Davy ont assisté le matin à deux conférences parmi quatre thématiques au choix (commercialisation, maraîchage, porc biologique, conversion en lait) et participé à une visite de ferme biologique l'après-midi. Ouverts à toutes les écoles, des élèves de six autres établissements agricoles ont participé à ces échanges sur la bio.
Comme l'intitulé le souligne "La Terre est notre métier", l'avenir des élevages biologiques et leur transmission questionne aussi ces filières. "Il y a plus de réticence des jeunes à aller vers l'élevage. Avec 30 % des fermes laitières bretonnes à transmettre sous 7 ans, quelque 150 élevages, il est important de sensibiliser les élèves aux métiers de la production", explique Sarah Choupault du Gab 22, en charge de l'organisation de la journée.

Un partenariat avec La Ville Davy
Ce programme livré clé-en main a séduit le lycée, destiné aux élèves de bac pro CGEA, bac technologique et bac S et aux enseignants, avec de la technique et des problématiques (lire encadré) . "Avoir sur une même journée des conférences et une visite de terrain, clairement, c'est une opportunité pour aller plus loin. Cette journée concentrée va être distillée et reprise dans les programmes. De façon générale, nous sommes très intéressés par les visites des expoitations et l'analyse des systèmes par les élèves", explique le directeur du lycée agricole Bernard David. Mais pas seulement. Ce même jour, la cuisine centrale de la Ville Davy s'est mise au parfum. 1 000 repas dont 600 sur site ont été préparés avec des produits bio. D'ailleurs, la présence de produits bio dans les menus de la cuisine centrale sera dorénavant systématisée. "Nous travaillons avec une société de restauration pour introduire le bio mais surtout localiser les approvisionnements", décrit Bernard David, qui souhaite dans le même temps améliorer la communication des produits consommés auprès des élèves.

Cultures et rotation : "Les vaches nous aident beaucoup"

Serge Lanneshoa, engraisseur de porcs bio à Pédernec a témoigné sur sa filière et les fondamentaux à ne pas négliger.
En Gaec avec son fils et sa femme, les associés gèrent trois ateliers bio : un, de 10 000 pondeuses, un deuxième de 60 vaches allaitantes et un troisième de 450 places d'engraissement équivalent porc charcutier. Le producteur de porcs vient de construire un nouveau bâtiment doté de la fabrication à la ferme (FAF). Autonome à 80 % sur l'aliment, les céréales sont stockées en silo vertical avant de rejoindre la machine à soupe. "La FAF nous permet d'économiser 100 EUR/tonne sur le coût de l'aliment consommé à hauteur de 400 tonnes par an. Quant au nouveau bâtiment, il nous fait gagner 2 points de classement TMP. Ce qui est énorme", décrit l'éleveur.
Mais il est un point névralgique sur lequel l'éleveur a assisté : les cultures. "Le plus dur se sont les cultures. Sans rotation avec de l'herbe pour nos bovins, nous n'aurions pas les mêmes rendements. Faire cultures bio sur cultures bio, c'est compliqué. Les vaches nous aident beaucoup !", lance-t-il. 
Sur 130 ha, 50 à 60 ha de cultures (maïs grain, blé, orge, blé/pois) sont gérés dont 30 ha de maïs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui