Terra 15 juin 2018 à 08h00 | Par Maud Marguet, chambres d'agriculture de Bretagne

Le marché de la poudre de lait écrémé se ranime

L’année 2017 aura été marquée par une déconnexion totale des prix du beurre et de la poudre de lait écrémé. D’un côté, les cours du beurre atteignent des sommets. À l’opposé, les cours de la poudre dégringolent sous le niveau des prix d’intervention. Depuis peu, ils se réorientent à la hausse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Fotolia

C’est une situation complexe pour les industriels laitiers européens : beurre et poudre de lait écrémé sont des coproduits. Profiter de la demande en beurre, c’est accepter de subir une valorisation très faible de la poudre. Les transformateurs européens préfèrent transformer le lait en fromage et en lactosérum, des produits bien valorisés en 2017. De ce fait, les fabrications européennes de poudre reculent en 2017 d’environ 2 % par rapport à 2016.

Les stocks pèsent sur les cours...

Malgré cette baisse des fabrications, les cours de la poudre sont à des niveaux très faibles. La faute aux stocks placés à l’intervention*. Constitués depuis la crise de 2016, ils atteignent près de 380 000 tonnes début 2018 et peinent à trouver acquéreur. De crainte de voir ces stocks s’alourdir encore davantage, la Commission européenne a décidé de suspendre les achats à l’intervention à prix fixe pour cette année. Le prix d’intervention étant supérieur au prix très faible du marché, l’intervention serait un débouché plus rémunérateur, ce qui n’est pas sa vocation !

... mais commencent enfin à s'écouler

Signe positif, à l’occasion de la dernière vente organisée par la Commission européenne le 15 mai 2018, 42 000 t stockées à l’intervention ont été écoulées. Cela représente près du double du mois précédent. Le prix minimum était fixé à 1 115 €/tonne, un prix encore très bas (inférieur au prix de la poudre destinée à l’alimentation animale) mais en hausse de plus de 100 €/tonne par rapport aux deux ventes précédentes. Compte tenu de la demande grandissante, la Commission a décidé de libérer près de 145 000 tonnes pour la session de vente du mois de juin.

Les cours repartent à la hausse

En parallèle, les exportations européennes de poudre de lait écrémé se portent bien. En 2017, elles enregistrent une très forte progression (+34 %). Cette dynamique positive se poursuit au 1er trimestre 2018 pour les exportations de l’Union européennes (+8 %), mais aussi des États-Unis et de l’Océanie. Ce regain d’intérêt se traduit dans les cours. Les prix européens de la poudre, encore très bas, remontent de semaine en semaine depuis le mois d’avril . Dans le même temps, les prix sur Global dairy trade, la plateforme néozélandaise d’enchères de produits laitiers, s’orientent à la hausse depuis mi-avril pour les ventes des mois à venir. Les prix américains sont aussi sur la pente ascendante.

Tous ces signaux témoignent que le marché se raffermit et que les acheteurs sont prêts à payer la poudre plus cher pour sécuriser leur approvisionnement futur. Ils permettent d’espérer un rétablissement progressif des cours et une remontée du prix du lait. Mais à plus long terme, les difficultés à équilibrer les marchés du beurre et des protéines risquent de perdurer : le dispositif de l’intervention publique n’a pas dit son dernier mot !

 

 

*  L’intervention publique est un dispositif européen de gestion de marché qui permet de maintenir un prix plancher pour les produits. Il permet à la Commission d’acheter à prix fixe de la poudre de lait (1 698 €/tonne) et du beurre (2 217,51 €), un volume plafonné de poudre de lait (109 000 tonnes maximum) ou de beurre (50 000 tonnes). Au-delà de ces plafonds, la Commission peut acheter des volumes supplémentaires mais dans ce cas le prix n’est pas garanti.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes