Terra 19 octobre 2018 à 08h00 | Par Chantal Pape

Le numérique, un passage obligé !

Stocker et archiver ses données, gérer ses stocks, suivre ses statistiques... comme les autres TPE-PME, l'agriculture, elle aussi, se digitalise. Et si certains sont encore frileux, le CerFrance Finistère a voulu rassembler adhérents, partenaires et collaborateurs, le 25 septembre dernier, pour faire le point sur un sujet où tout évolue si vite.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tous les secteurs d’activité sont concernés par la digitalisation.
Tous les secteurs d’activité sont concernés par la digitalisation. - © L. Vimond

"Prospection, production, commercialisation, distribution, tous les secteurs d'activité sont concernés par la digitalisation, rappelle Sigolène Brun, maire du Village by CA, l'accélérateur de start-up du Crédit agricole, basé aux Capucins, à Brest (29). Maintenant, on peut même recruter sur les réseaux sociaux".

 

Une simple tablette

Le numérique, Jean-Luc Martin n'a pas eu peur de s'y jeter à corps perdu, au moment de lancer Tell élevage. "Je savais ce que je voulais, indique celui qui, auparavant, a passé trente ans dans l'équipement d'élevage. Il me fallait quelqu'un pour le mettre en musique". L'idée germe quand il voit tous ces systèmes, chauffage, ventilation, régulation... qui, installés souvent à grands frais en élevage, ne donnent pas les résultats escomptés. "Il me fallait un logiciel d'audit capable, à partir d'une simple tablette, de mettre à jour les dysfonctionnements et de proposer des solutions pour lever les non-conformités". Et déjà le chef d'entreprise d'imaginer l'étape suivante. "Ça marche en lait, porc, bovin, volaille... Pourquoi ne pas le généraliser à tous les métiers, demain ?"

 

Une billetterie numérique

Propriétaire du château de Kergroadez, à Brélès, puis des hôtels restaurants Le Château de sable, à Porspoder et Le Castel ac'h, à Plouguerneau, Franck Jaclin voit avec stupéfaction des centrales de réservation, style Booking, réduire à néant les efforts des hôteliers, en captant une bonne partie de leur marge. "J'ai décidé de revoir complètement notre façon de gérer les réservations". Ce sera une plateforme unique, regroupant ses hôtels et sept gîtes du pays de Brest, capable de proposer un séjour "clés en mains", hébergement, restauration, animation... "en privilégiant les réseaux sociaux puisque aujourd'hui même les sites Internet sont dépassés".

Son conseil ? "Embaucher des jeunes. Et ne pas hésiter à se remettre en question". Une démarche qu'a suivie Jean-Luc Martin, également président du festival des Vieilles charrues, à Carhaix. "Je voulais dématérialiser tous les paiements sur le site, notamment pour faciliter le travail des bénévoles. Tout le monde était contre mais j'ai tenu bon. Et au bout de trois ans, j'y suis arrivé". Une nouvelle étape a été franchie en 2017, avec le contrôle d'accès des bénévoles et salariés, "plus de 11 000 personnes". Et en 2018, toute la billetterie est devenue numérique. "Sans aucun souci, estime Jean-Luc Martin. Jeunes ou pas, tout le monde s'y est mis. Il suffit de prévoir un système simple et pédagogique".

 

Soigner les réseaux sociaux

"Sans le digital, pas sûr que mon entreprise soit encore là", lance Morgane Laurençon. Avec son époux Emmanuel, c'est elle qui a lancé en France, il y a quelques années, la mode des Rainbow Loom, ces élastiques multicolores à assembler en bijoux, petites figurines... et qui ont fait fureur dans les cours de récréation. "Les modes sont fugaces ! Pour trouver de nouvelles tendances, je participe à des salons spécialisés et je fouine sur Google trend".

Et pour lancer une nouveauté, c'est encore sur le digital qu'elle s'appuie. "Il faut être présent sur les réseaux sociaux, Facebook, Instagram, YouTube..., pour entretenir une relation avec le client, rassurer le consommateur, répondre à ses interrogations, assurer le service après-vente...". Autant d'éléments qui permettront de gagner sa confiance et de déclencher l'acte d'achat. "Et le numérique rapproche, rajoute Morgane Laurençon. Les petits-enfants postent leurs créations sur Facebook ou Instagram et les grand-mères commentent". Un avis que partage Franck Jaclin. "Les plus jeunes sont ravis d'expliquer comment ça marche. Et toute la famille s'y met".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Infos techniques terra sur Synagri

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui