Terra 13 avril 2017 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

"Le poids des normes tue nos emplois !"

A l'appel du collectif Agri Agro de Bretagne (1), une action symbolique a été menée ce mardi midi devant l'hotel des impôts de Rennes. Un mot d'ordre : Raz les charges ! Et une volonté : interpeller les candidats à l'élection présidentielle à quelques jours du premier tour.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le collectif a mené une action symbolique pour interpeller les candidats à l'élection présidentielle.
Le collectif a mené une action symbolique pour interpeller les candidats à l'élection présidentielle. - © Terra

"Le poids des normes tue nos emplois ! " À grands coups de corne de brume, François Palut, président de l'association pour le maintien de l'élevage en Bretagne (Ameb), rameute les troupes, une cinquantaine de personnes, qui se sont retrouvées boulevard de la liberté à Rennes ce mardi midi. "Quand on entend la corne de brume sonner en mer, c'est qu'il y a un récif. Le danger pendant cette campagne présidentielle, c'est que l'on n'entend pas parler d'agriculture et d'agroalimentaire. Il faut que les candidats prennent conscience de l'importance économique de nos secteurs d'activités et de l'urgence à agir contre les distorsions de concurrence", clame François Palut. Des distorsions que Thierry Coué, président de la FRSEA Ouest a ensuite détaillées : "Il faut mettre fin aux distorsions sociales dûes au coût du travail pour que l'on lutte à armes égales avec nos concurrents européens. C'est ausi dans cette logique que nous demandons la mise en place d'une TVA sociale et une modification de la directive sur le travail détaché". Pour Thierry Coué, l'autre "boulet", ce sont les distosions fiscales, avec plus de 150 taxes et impôts qui pèsent sur le petites entreprises. Sans oublier les surcharges administratives et la sur-transposition des normes européennes. "On ne demande pas moins mais plus d'Europe. On veut plus de conseils et on souhaite que l'application des règlements se fasse avec davantage de pragmatisme", conclut Thierry Coué.

"C'est le poids des charges et de l'administratif qui pèse sur la compétitivité de nos entreprises", renchérit Patrick Fairier, président de la coopérative Gouessant et administrateur à Coop de France Ouest. Avant de prévenir : "Continuons comme ça, et les producteurs, les production et les transformateurs, tous ces emplois finiront par disparaître. Il faut que les candidats se réveillent et, après les élections présidentielles, nous irons voir les candidats aux législatives !"

 

(1) Membres du collectif  : Association pour le maintien de l'élevage en Bretagne (Ameb), Association bretonne des entreprises agroalimentaires (ABEA), Association d'Organisations de Producteurs (AOP) légumes, fruits et horticulture (Cerafel), Coop de France Ouest, FRSEA Ouest, Nutrinoë, et Union des groupements de producteurs de viandes de Bretagne (UGPVB).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui