Terra 23 septembre 2016 à 08h00 | Par Claire Le Clève

Le pôle régional bio sur orbite

Pour optimiser l'accompagnement des producteurs vers la bio, chambre régionale d'agriculture (Crab) et Fédération régionale de l'agriculture biologique (Frab) créent ensemble le pôle de conversion bio, 11e de France. L'engagement a été signé au Space.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Autour de la Crab et de la Frab, 20 partenaires dont l’État et la Région pour accompagner la création du pôle de conversion bio breton.
Autour de la Crab et de la Frab, 20 partenaires dont l’État et la Région pour accompagner la création du pôle de conversion bio breton. - © Terra

Du monde et du bio monde pour se pencher sur le berceau du pôle de conversion bio, le 14 septembre dernier au Space. Vingt partenaires ont posé leur signature sur la charte qui lance ce pôle de conversion. Car la bio se porte bien. "On a 2 300 fermes bio en Bretagne, 7 %, dont 310 nouvelles depuis le début de l'année", se sont félicités, Patrice Le Penhuizic de la Crab et Patrick Guillerme, président de la Frab. Le tout porté par un développement de la consommation "de 15 % en 2015 et celui du réseau biocoop de 20 % l'an passé". Si le marché est porteur, "il faut y répondre par un développement cohérent et équilibré des filières", estiment les partenaires.

Regrouper les forces vives

Le pôle a donc l'ambition "de faciliter les démarches de conversion en faisant connaître tous les dispositifs, les outils existants et en regroupant les forces vives. Ce sera également un lieu d'échanges, de partage et de retours d'expériences", renchérissent représentants de la Crab et de la Frab. Un pôle dans la droite ligne du plan Ambition bio 2017, soutenu par l’État, les chambres d'agriculture et la Région. "Souvent l'agriculture souffre de ses divisions. La création de ce pôle commun porté par les chambres d'agriculture et la Frab est à votre honneur. C'est pour répondre à un marché, c'est porteur d'une adaptation, c'est bien pour la Bretagne", a salué pour sa part Olivier Allain, vice président du conseil régional, en charge de l'agriculture.

 

 

Manger bio, pas plus cher

Il n'est pas plus cher de manger bio démontre le groupement des agriculteurs bio du Morbihan qui a lancé l'enquête auprès de 73 familles des pays de Vannes et Ploërmel. Elles ont augmenté de 20 points la part du bio dans leur assiette (pour arriver à 66 %) et vu le coût du repas baisser de 36 centimes par personne, soit une économie de 330 euros par an. Le Pays de Lorient se lance vers un futur "défi" avec de nouvelles familles "test". Ces résultats avaient déjà été observés au lycée Marie Le Franc de Lorient qui nourrit 800 élèves avec 22 % de produits bio et un coût matière en baisse en 2015 (-43 ct sur 2,7 euros) ou à la cuisine centrale de Questembert (900 repas/jours) où 35 % des achats se font en produits bio, sans surcoût.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui