Terra 24 janvier 2014 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Le robot de traite, un atout pour le confort de travail

Le Gaec des Iris, à Bazouges-la-Pérouse en Ille-en-Vilaine, a servi de théâtre jeudi dernier à l'entreprise Lely pour échanger sur le robot de traite. Avec l'appui de témoignages d'autres éleveurs équipés eux-aussi de robot, de nombreux visiteurs sont venus se renseigner sur les intérêts de cette technologie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Angélique et Jean-Michel Merré faisaient partie des cinq agriculteurs venus témoigner de leur expérience avec le robot de traite. © terra Le robot A4 en action. © terra Juno, le robot repousse fourrage de chez Lely. © terra

"Nous avions acheté un premier robot A3 en 2009. Il y a un an, nous l'avons revendu pour acheter deux robots A4", expliquent Angélique et Jean-Michel Merré, installés à Feins dans un Gaec à quatre associés. L'atelier lait compte 90 vaches pour un quota de 710 000 l. L'idée du robot a germé lorsque la maman qui s'occupait de la traite a montré des signes de fatigue physique à cause de tendinites. "Aujourd'hui, on ne regrette pas du tout, on a gagné en souplesse d'organisation, mais aussi sur les aspects fatigue physique et gain de temps", témoigne le couple d'agriculteurs. Souvent, une des craintes exprimées par les éleveurs avec un robot de traite, c'est de perdre le contact avec les animaux. "En fait c'est l'inverse qui s'est passé ! répond Angélique Merré. On bichonne même plus nos vaches car on a plus de temps et moins de contraintes". En matière de suivi des animaux, là aussi Jean-Michel Merré apprécie ce que le robot a apporté. "On sait tout de suite quand une vache est prête à être inséminée. On est plus préventif et en cas de souci, on est aussi plus réactif, car d'une manière générale on a toutes les données beaucoup plus vite, dont certaines que nous n'avions pas".

Un meilleur suivi des animaux


Sur le Gaec des Iris à Bazouges-la-Pérouse, les deux robots A4 ont été installés en novembre 2012. Et ici aussi, on se félicite de cette nouvelle façon de travailler. Données d'activités, de poids, de température, de rumination (grâce au micro sur les colliers)... Autant d'indicateurs de la reproduction et de la santé des animaux. Pour aller plus loin, Patricia et Jean-François Bauché ont choisi un logiciel d'alimentation dynamique qui teste la réponse des vaches aux concentrés et qui permet de baisser les coûts de ces derniers. Dernièrement, ils ont également investi dans un autre type de robot, cette fois, un repousse fourrage, qui se déclenche toutes les demi-heures et retourne ensuite à sa base de charge.

Confort de travail, suivi des animaux, moins de fatigue physique... les avantages du robot sont divers, mais en termes de productivité, le robot permet aussi de tirer son épingle du jeu. "Les robots nous ont permis d'augmenter en production laitière, témoigne un autre éleveur. En passant de deux traites journalières en salle de traite, à 2,8 avec les robots, nous avons gagné en moyenne 600 kg de lait par vache et par an".

 

Arnaud Marlet

 

A VOIR

Retrouvez le reportage vidéo de cette journée sur le site internet terragricoles-de-bretagne.fr ou sur votre smartphone en utilisant ce QR code

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui