Terra 07 juillet 2016 à 08h00 | Par Gwenola Floc'h Penn, Chambres d'agriculture de Bretagne

Le Royaume-Uni, 5e client de la Bretagne

Dans le prolongement du Brexit, les chambres d'agriculture de Bretagne ont cherché à quantifier l'importance des exportations agricoles et agroalimentaire bretonnes vers son plus proche voisin d'Outre Manche. Le Royaume-Uni est ainsi le 5e client de notre région qui y réalise 8 % de ses exportations.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Royaume-Uni est le 2e client de la Bretagne en choux-fleurs et brocolis (13 millions d’euros en 2015). (© Terra) Les moyens de transports maritimes mis en place de longue date (Brittany-ferries,..) témoignent de l'intensité des relations commerciales entre la Bretagne et le Royaume Uni. © Terra  © Terra Principaux produits bretons exportés vers le Royaume-Uni © Terra

Si la prochaine sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, voulue par les Britanniques qui ont majoritairement opté pour le Brexit, n'implique pas que les livraisons européennes vers cet ex-partenaire de l'UE diminuent, on peut imaginer que les échanges à venir soient modifiés et par des taux de change moins favorables entre la livre et l'euro, et par les nouvelles modalités commerciales qui seront adoptées à la sortie effective du Royaume-Uni de l'Union européenne. Autant de conséquences éventuelles qui sont aujourd'hui bien difficiles à prévoir dans les relations commerciales jusque là privilégiées entre la Bretagne et le Royaume-Uni qui est aussi son plus proche voisin européen. Le Royaume-Uni est en effet un client historique des bretons... Et un client fidèle avec lequel elle a tissé des liens très puissants.

Stabilité en volume, repli en valeur

Les achats du Royaume-Uni s’élèvent à 325 millions d’euros en 2015, en légère hausse de 2 % par rapport à 2014. La part du Royaume-Uni dans les exportations agricoles et alimentaires bretonnes reste stable à 8 % au cours des quatre dernières, malgré un repli en valeur de 5 % sur cette période.

Les viandes de boucherie (principalement porcines et bovines), représentent 17 % des achats agroalimentaires britanniques en Bretagne, pour un montant de 55 millions d’euros en 2015 (- 10 % en un an). Elles sont suivies de près par les produits du travail des grains (farines et semoules de blé et autres, céréales pour le petit-déjeuner,..), avec un chiffre d'affaires de 54,8 millions d’euros (+ 30 % en un an). En 3e position arrivent les viandes de volailles (32 millions d’euros ; 10 % du total), en baisse de 8 % par rapport à 2014. Les produits laitiers et fromages occupent le 4e poste à l’export, pour un montant de 25 millions d’euros (8 % du total, + 3 % en un an). Trois autres se suivent au coude à coude : les préparations et conserves à base de fruits et légumes (21 millions d’euros ; + 4 %), les produits à base de viande, qui regroupent les produits salés, charcuteries et saucisses de porc, bœuf, volailles et autres (20 millions d’euros ; + 2 %) et les légumes et tubercules (19 millions d’euros ; + 9 %).

Bénéficiant d’une proximité géographique et de moyens de transports maritimes mis en place de longue date (Brittany-ferries,..), le Royaume-Uni est le 2e client de la Bretagne en choux-fleurs et brocolis (13 millions d’euros en 2015) ; son 4e client en tomates (1,2 millions d’euros) et artichauts (433 000 €) ; et son 5e client en oignons (468 000 €). Sans oublier les pommes de terre pour un montant de 945 000 euros.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui