Terra 05 octobre 2018 à 08h00 | Par Claire Le Clève

Les 13 et 14 octobre : les 10 ans du salon de l’agriculture à Pontivy

Les 13 et 14 octobre prochains, ce sera les dix ans d’une formule qui ne cesse de rassembler tous les publics. Le pari était osé il y a une décennie. Porter le regard du grand public sur le savoir-faire agricole, sa diversité, l’excellence de ses productions et des hommes et des femmes qui les font vivre au quotidien, est devenu une nécessité pour recréer le lien avec le consommateur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alexis Guergnon, préparateur de belles vaches se dit "motivé à motiver d’autres jeunes à s’intéresser au clippage. Venez voir, c’est passionnant", invite-t-il à l’occasion d’Ohhh la vache.
Alexis Guergnon, préparateur de belles vaches se dit "motivé à motiver d’autres jeunes à s’intéresser au clippage. Venez voir, c’est passionnant", invite-t-il à l’occasion d’Ohhh la vache. - © Terra

Ohhh la vache et son collectif de partenaires, s’y emploieront une fois encore sous les halles Safire de Pontivy. Avec des concours d’animaux, dont le régional Prim’holstein samedi, et un premier concours régional du produit fermier innovant avec la participation du chef étoilé Thierry Marx et de la photographe Mathilde de l’Ecotais, sa compagne, pour le concours de photographie proposé aux lycées agricoles. Tout un programme à découvrir dans ces pages, ainsi que l’implication des jeunes des centres de formation du Morbihan au travers ce portrait d’Alexis Guergnon, en première année de BTS Productions animales, préparateur de belles vaches !

 

DÈjà tout petit

"Tombé ? Non ! Moi j’ai sauté dedans quand j’étais petit". Sa passion pour l’agriculture est déjà de l’histoire ancienne s’empresse de préciser, dans un grand sourire, Alexis Guergnon. Ce Costarmoricain, étudiant au lycée la Touche de Ploërmel, a toujours su ce qu’il voulait être : "Agriculteur. Mes parents le sont. Je vais m’installer un jour. Je veux voir autre chose avant, poursuivre mes études peut-être par une licence en gestion parce que c’est essentiel aujourd’hui pour mener une exploitation et puis faire un temps de salariat, voir d’autres élevages, les aspects génétiques et les belles vaches". Les belles vaches, voilà donc ce qui fait briller les yeux (entre autres), du jeune Alexis qui dit en avoir pincé pourtant petit, pour le matériel. "À 8 ans, je labourais déjà, je me suis toujours impliqué", raconte-t-il comme une évidence à aider à la ferme et un plaisir. Un an plus tard, il défile avec son petit veau à Saint-Brieuc, dans un show génisses apprécié. "C’est ma mère qui m’a donné ce truc des concours, mon père, c’est la belle génétique".


Une dynamique, une convivialité

Alors, quand il est sélectionné il y a deux ans pour participer au concours de pointage des jeunes organisé par les JA pour le TNLA, lors du salon Ohhh la vache, "ça m’a plu. J’ai commencé à donner des coups de mains pour la préparation des animaux durant tout le week-end. Et je suis rentré dans l’association Armor Vaches (à l’instar de BZH56 ndlr). Il y a toute une dynamique et une convivialité. C’est beau", apprécie-t-il. "Cela permet aussi de mettre des novices en présence de jeunes plus expérimentés et confirmés. La relève est là !". Motivé, en décembre 2017, Alexis entame une formation de clippage. Il se rend aussi disponible pour participer à la foire de Rennes, au Printemps des génisses de Chateau-Gontier, à la foire de Lanvaux... "J’y prépare les animaux. J’ai acheté tout mon matériel, j’ai ma malle. Pour les Terralies, je devais en préparer deux, avec mon copain, nous en avons eu sept à faire. Sur ce type de concours, on côtoie de très bons préparateurs qui clippent les championnes", apprécie-t-il, avide d’apprendre, conscient aussi de l’aide apportée aux éleveurs, "sinon, beaucoup n’iraient pas. Ils n’ont pas le temps". Quant à la présentation d’animaux sur le ring ? "Ce n’est pas encore ça. Je ne l’ai pas assez travaillée. J’aurais peur de dévaluer l’animal", confie avec modestie, Alexis.

 

Motivé à motiver

Aujourd’hui, l’étudiant se dit "motivé à motiver d’autres jeunes à s’intéresser au clippage. Venez voir, c’est passionnant", invite-t-il à l’occasion d’Ohhh la vache, appréciant ce collectif convivial. "Être ensemble, voir de belles vaches, s’entraider. Cela montre aussi que même les jeunes peuvent y arriver". Un message encourageant, positif, avec l’ambition ancrée au cœur "d’être la relève. Il faut qu’il y ait une suite. C’est montrer pourquoi on se lève tous les matins". Alors à n’en point douter, Alexis s’activera à Pontivy, avec ses amis "dans cette entente, ça nous tire vers le haut". Et tant que cela "ne nuit pas à mes études, je continuerai à préparer de belles vaches", note-t-il, visant un jour de suivre l’école française des jeunes éleveurs. "J’attends d’être meilleur pour que ce soit profitable", tempère Alexis qui en rêve. Une école qui forme en race Prim’holstein, à la préparation des animaux de concours : un vivier de talents facilitant l’accès au ring des éleveurs tout en préparant une future génération de passionnés.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Infos techniques terra sur Synagri

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui