Terra 07 juillet 2016 à 10h00 | Par Claire Le Clève

les aides pour passer ce cap difficile

C'est à l'accompagnement des exploitations, en cette période de crise sans précédent, que la session de la chambre d'agriculture du Morbihan, s'est de nouveau consacrée, mercredi dernier. "Aider à passer le mieux possible ce cap difficile" est bien l'objectif affiché. Le point avec Alain Guihard, président du Rio*, réseau inter-organisations professionnelles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Aux côtés d'Anthony Rouillé et de Laurent Kerlir, Alain Guihard producteur laitier à Saint Dolay, vice-président de la chambre d'agriculture du Morbihan
Aux côtés d'Anthony Rouillé et de Laurent Kerlir, Alain Guihard producteur laitier à Saint Dolay, vice-président de la chambre d'agriculture du Morbihan - © Claire le Clève

"Une crise comme celle là, c'est du jamais vu. Et ça n'a rien à voir avec la compétence des agriculteurs", martèle t-il. D'un prix moyen de 346 euros des 1 000 litres de 2011 à 2015, le prix du lait a chuté à 323 euros en 2015. "Depuis 2016, il est inférieur à 300 euros et ce tunnel, on n'en voit pas le bout", pointe le vice président de la chambre d'agriculture du Morbihan. "Cette crise est bien subie par les agriculteurs. Ils n'en sont en aucun cas responsables", exonère d'emblée Alain Guihard, éleveur laitier à Saint Dolay. Car si le regain d'intérêt de la Chine pour le porc redonne tout juste un peu de couleurs à ses cours, sur le marché de Plérin, le marasme est bien présent pour toutes les productions agricoles. Le bref retour filière par filière, mercredi dernier lors de la session chambre, en a donné la juste mesure.

Des leviers

Si la situation est grave, "elle n'est pas désespérée. Il faut dédramatiser. C'est vrai que l'on creuse nos trésoreries qui fondent vitesse grand V mais il faut poser les choses calmement, pragmatiquement et regarder précisément le degré de fragilité de nos trésoreries", invite l'élu sans affolement. Car pour lui "il existe des solutions à différents niveaux. Notre objectif est d'accompagner les agriculteurs à passer le mieux possible ce cap difficile". Président du Rio, réseau inter-organisations, il détaille les leviers qui sont mis en place par chacune des organisations professionnelles assises autour de cette table. "Le syndicalisme est actif sur le retour à une régulation qui ne pourra être qu'européenne, sur la répartition des marges, sur l'année blanche, le manger français. Il n'est pas normal que nous, producteurs, soyons les seuls à encaisser les baisses. Au sein de la filière, le partage des charges ne se répartit pas de manière équitable", regrette-t-il pointant au sein du réseau le travail des partenaires sur les reports et étalement de cotisations, prêts, avance de trésorerie, facilité de paiement, pause remboursement, RSA, prime d'activité, réorganisation du travail, mesures sociales...

Agir rapidement

Coté chambre, notre rôle est "d'améliorer la marge des producteurs, c'est dans cet esprit que nous incitons chacun à connaître son prix d'équilibre, avoir des tableaux de bord. Nous travaillons sur un nouvel outil, "Prevagri", simple, qui permet de faire le point technique, économique et social sur chaque exploitation avec un conseiller", détaille Alain Guihard. Le moyen de voir où l'exploitation pêche, en diagnostiquer les causes et amener des solutions rapides et concrètes. Pour faire le point, une plaquette d'information sera mise à disposition de tous les agriculteurs morbihannais leur permettant, dans un premier temps d'auto évaluer le degré de gravité des difficultés de leur l'exploitation. Le questionnement à mener devrait permettre de rendre "objectif" le niveau de fragilité, ou pas, de chaque trésorerie avant d'aller plus loin. "Quand il y a souci, il faut franchir le pas, se mettre au plus vite autour de la table et regarder où cela ne va pas", encourage Alain Guihard, sans attendre. "Quand on a des difficultés, on n'ose pas les dire. Or les détecter tôt, communiquer, c'est déjà trouver la moitié des solutions".

Claire Le Clève

 

Accroche : " détecter les difficultés tôt, communiquer, c'est déjà trouver la moitié des solutions

 

*Rio : ce réseau Inter-organisations est composé de la chambre d'agriculture, de la FDSEA et JA56, de la MSA et des banques

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui