Terra 15 novembre 2018 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Les associations de producteurs Silav et LNA veulent monter leur OP

Après de longues années à batailler pour accéder au statut de coopérateurs, en vain, les représentants des associations de producteurs de lait LNA et Silav, apporteurs de lait au transformateur Laïta, veulent se regrouper pour former une organisation de producteurs ou OP. La challenge : rallier un maximum de producteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les représentants LNA et Silav : Thierry Allée, président Silav, Emmanuel Campion, LNA, Nathalie Carmès, présidente LNA, Jean-François Brugalay, vice-président LNA, Étienne Jouffe, LNA et Madeleine Valo, Silav.
Les représentants LNA et Silav : Thierry Allée, président Silav, Emmanuel Campion, LNA, Nathalie Carmès, présidente LNA, Jean-François Brugalay, vice-président LNA, Étienne Jouffe, LNA et Madeleine Valo, Silav. - © Terra

Les représentants des associations LNA et Silav veulent avant tout un statut qui sécurise collecte et paiement. En effet, quelque 600 producteurs essentiellement localisés en Côtes d'Armor, soit la "bagatelle" de 320 millions de litres de lait livrés à Laïta, ne possèdent ni statut, ni contrat et "ne peuvent discuter du prix". Une situation atypique dans le paysage laitier. "Nous sommes apporteurs de lait sans statut. En 2011, il y avait obligation de proposer un contrat via la LMA*. Le contrat, nous n'avons jamais réussi à le négocier. On ne l'a pas signé", raconte Thierry Allée, président de l'association des producteurs de lait Silav.

Depuis 2011, les producteurs ont tout essayé pour obtenir le statut de coopérateur auprès des coopératives constituant la société Laïta (Even 51 %, Terrena 31 %, Triskalia, 18 %). "À l'époque, on voulait le statut de coopérateur", confirme avec regret Étienne Jouffe, l'ancien président de l'association LNA. Mais rien n'y fait, les coopératives au sein de Laïta ne sont pas parvenues à un accord.

Les producteurs LNA/Silav, pénalisés par un prix bas, ne supportent plus de voir passer les ristournes faites sur le résultat, "remonter aux coopératives et nous échapper". "L'ensemble de notre lait alimente l'usine de Créhen", rappelle Thierry Allée pour la Silav, là où il y a moins d'un an était inaugurée une tour de séchage de lait infantile.

 

Regrouper au minimum 200 producteurs autour d'une OP

Mais depuis, la loi Egalim est passée par là. Ainsi une organisation de producteurs (OP), constituée à l’initiative d’un ensemble d’agriculteurs qui se regroupent, peut mutualiser ses moyens afin de rééquilibrer les relations commerciales entretenues avec les acteurs économiques de l’aval de la filière. "Maintenant les producteurs doivent proposer un contrat et le transformateur a obligation de le négocier. On veut se servir de la loi", rapporte Nathalie Carmès, présidente de l'association LNA. Mais pour proposer un contrat et le négocier avec l'entreprise, il faut constituer une OP regroupant au minimum 200 producteurs et 60 millions de litres de lait. Il faut donc motiver un maximum de producteurs à s'unir dans la démarche. D'où les trois prochaines réunions d'information en Côtes d'Armor les 20, 22 et 27 novembre (lire encadré). Si les producteurs optent en masse la constitution de l'OP, elle sera alors validée en juin 2019 pour une application du contrat cadre en avril 2020. Mais reste un point probablement discuté, celui de l'engagement de frais par les producteurs.

Il va sans dire que pour les instigateurs, ce travail doit être construit sereinement avec les représentants de Laïta. "On ne va pas en confrontation, on veut travailler directement avec le président et le directeur général de Laïta". Après bien des espoirs et des déceptions, l'histoire des producteurs Silav et LNA pourrait prendre un nouveau virage.

* Loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche.

 

 

Des réunions d'information pour fédérer

Trois réunions d'informations sont organisées en Côtes d'Armor, à partir de 14h.

- Mardi 20 novembre à Belle-Isle-en Terre (salle Cinéma),

- Jeudi 22 novembre à Plélan-le-Petit (salle de l'Embarcadère),

- Mardi 27 novembre à La Motte (maison des Bruyères).

600 producteurs concernés

LNA regroupe 450 producteurs (250 millions de litres de lait) et Silav, 150 producteurs (72 Ml).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui