Terra 29 mars 2018 à 12h00 | Par Jean Dubé

Les Bretons en force au congrès FNSEA

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra

Une forte délégation bretonne s'est rendue au congrès de la FNSEA qui se tenait cette semaine à Tours. Lors de la première journée, Thierry Merret est intervenu au nom de la région Bretagne en évoquant le thème de la "montée en gamme", voie première de l'amélioration de la valeur ajoutée dans le cadre des EGA. Mais "les agriculteurs français font déjà de la qualité, qualité qui n’est à ce jour pas rémunérée à sa juste valeur, que leur production soit standard ou labellisée". "Les labels doivent être payés à leur juste valeur, tout comme les produits conventionnels, qui hélas ne le sont pas. Mais tous les consommateurs n’ont pas les moyens de s’offrir cette montée en gamme ! Ils ont malgré tout besoin et le droit de manger des produits sains, fruits du travail des agriculteurs français. Il n'est pas possible de défendre le "manger français" dans les cantines et ne faire que des produits haut de gamme !", a insisté Thierry Merret. Il est aussi revenu sur plan d’investissement Macron, et a rappelé l'importance des besoins en aides financières à l’investissement.  "On nous annonce seulement des leviers de financement via la BPI et des prêts d’honneur.  Et sur les fonds "État" dans les PCAEA en Bretagne, l’enveloppe diminue de 60 % par rapport à l’an dernier ! Les promesses n’engagent que ceux qui les croient… l’appui aux plans de filières doit se traduire concrètement". Enfin, selon l’Institut de l’élevage, 46 % des exploitations laitières et 36 % des exploitations de viande bovine de l’Ouest sont en situation critique. Les décisions prises sur la PAC, ponctions sur le 1er pilier, et sur les aides à l’investissement, limitation du paiement redistributif, ne sont pas supportables pour les agriculteurs bretons. Ces derniers sont prêts à relever le défi de la compétitivité et de la "montée en gamme" mais à condition qu'on leur garantisse une certaine stabilité dans les règles et les accompagnements financiers. Sans cela, le risque est de constater une désaffection massive du métier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui