Terra 29 mars 2018 à 11h00 | Par Chantal Pape

Les enjeux de l'agriculture expliqués aux maires et présidents d'EPCI

Renouvellement des générations, préservation du foncier, approvisionnement local des cantines... : en plus d'un tour d'horizon des dossiers du moment, André Sergent et Jacques Jaouen, présidents des chambres d'agriculture du Finistère et de Bretagne ont profité de leur intervention devant les maires du Finistère pour leur rappeler le poids de l'agriculture dans l'économie départementale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
(De gauche à droite) : Jacques Jaouen, président de la chambre régionale d'agriculture, et André Sergent, président de la chambre d'agriculture du Finistère, sont intervenus le 23 mars dernier à l'assemblée générale de l'AMF, l'association des maires du Finistère.
(De gauche à droite) : Jacques Jaouen, président de la chambre régionale d'agriculture, et André Sergent, président de la chambre d'agriculture du Finistère, sont intervenus le 23 mars dernier à l'assemblée générale de l'AMF, l'association des maires du Finistère. - © Terra

"Chacune de nos communes compte en moyenne 24 exploitations agricoles, ce qui représente un chiffre d'affaires de 7,4 millions d'€ et 62 emplois directs". Invité vendredi dernier à participer à l'assemblée générale de l'AMF, l'association des maires et présidents d'EPCI* du Finistère, André Sergent, le président de la chambre d'agriculture, a commencé par rappeler le poids de l'agriculture dans l'économie départementale.

 

Des projets atypiques

"Mais il va nous falloir relever le défi du renouvellement des générations : d'ici cinq ans, plus de 1 800 chefs d'exploitation vont potentiellement cesser leur activité et partir en retraite". Signe encourageant, le Finistère a enregistré l'an passé 135 installations aidées, un chiffre qui n'avait pas été atteint depuis longtemps.

"En 20 ans, les choses ont bien changé ! Si les jeunes s'installaient auparavant en lait, porc, volailles ou légumes de plein champ, leurs projets sont aujourd'hui plus atypiques". Mais les circuits courts ne peuvent être la solution pour tous ! "8 % des porcs et 8 % des légumes produits dans le Finistère suffiraient à nourrir la population du département, explique André Sergent, qui incite néanmoins les maires à se pencher sur l'approvisionnement local de leurs cantines. La restauration collective représente 49 millions de repas par an dans le Finistère. Et de nombreuses entreprises locales sont intéressées par ce marché".

Initié par le conseil régional, Breiz Alim se fixe pour objectif de rapprocher les uns des autres. "La chambre régionale d'agriculture y est impliquée, tout comme celle du Finistère dans le PAT, le projet alimentaire territorial lancé par le conseil départemental". "Mais l'alimentation a un prix, affirme Jacques Jaouen, le président de la chambre régionale d'agriculture. Comment rémunérer correctement les producteurs quand le coût matière se situe à 1,40/1,80 € par repas ? Il faut que nous le fassions comprendre aux consommateurs. Sinon, on ira très loin chercher notre alimentation, au détriment de l'emploi et sans les normes qualité qui s'appliquent ici !"

 

Un étiquetage obligatoire

"Aujourd'hui, 40 % de la volaille consommée en France est importée, 70 % pour la volaille transformée", souligne André Sergent. Un chiffre qui sonne douloureusement dans le Finistère alors que de graves menaces pèsent sur Doux et Tilly Sabco, il n'y a pas si longtemps fleurons départementaux de l'agroalimentaire. "Il faut impérativement parvenir à un étiquetage de l'origine des produits. Non pas que nous voulions fermer les frontières ! Mais le consommateur doit pouvoir acheter en toute connaissance de cause". L'occasion pour le président de la chambre d'agriculture d'évoquer le poids de la grande distribution. "Elle a habitué le consommateur aux promotions. Et avec 50 % du porc désormais vendu en promo, on assiste aujourd'hui à une dérive. Nos produits ont un coût !"


Préserver le foncier

"Tous les ans, l'agriculture perd plus de 3 900 ha de foncier". Face aux maires et présidents d'EPCI, André Sergent n'a pas manqué de rappeler la position de la profession agricole sur ce sujet épineux. "Une charte a été signée il y a quelques années déjà pour préserver ce foncier, dont nous avons besoin pour produire".

Véritable enjeu économique pour la profession, les échanges fonciers sont soutenus par le conseil départemental. "Ils permettent de réduire les coûts de production, de gagner du temps, d'éviter des déplacements...", énumère André Sergent. Et s'ils peuvent se réaliser directement entre agriculteurs, quelques opérations ont aussi été montées par des communes ou communautés de communes. "À Milizac, à partir d'une réserve foncière de 50 ha, ce sont 150 ha qui ont été échangés", relate Jacques Jaouen. Un effet domino qui profite aussi à la CCPI, la communauté de communes du pays d'Iroise. "Ce sont autant d'engins agricoles qui ne traversent plus les bourgs".


Alerter

"L'agriculture traverse actuellement de grandes difficultés, reconnaît André Sergent, en détaillant l'expérimentation mise en place dans le Finistère pour aider à la reconversion professionnelle des agriculteurs. Nous comptons aussi sur vous, élus et maires, pour nous alerter sur certaines situations compliquées dans les campagnes".

Enfin, cette réunion a aussi été l'occasion pour Jacques Jaouen de présenter le projet Convergence des quatre chambres d'agriculture bretonnes et le nouveau découpage du territoire. "Nous l'avons calé sur les EPCI, pour être plus proche du terrain et en lien avec vous".

 

* epci : établissement public de coopération intercommunale

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui