Terra 31 janvier 2014 à 08h00 | Par Hélène Bonneau

Les entrepreneurs en ordre de marche

Cette année le congrès régional des Entrepreneurs des territoires de Bretagne (EDT) se tenait à Saint-Brieuc. L'occasion pour les chefs d'entreprises d'échanger sur les sujets qui les préoccupent et d'assister aux tables rondes

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Frédéric Jan, président de l'EDT, estime que de nombreux challenges attendent les entreprises de travaux agricoles. A commencer par la formation des jeunes et les contraintes environnementales. © terra Une centaine d'entrepreneurs se sont réunis à Saint Brieuc pour le congrès régional de l'EDT © terra

Les responsables d'EDT bretonnes se sont réunis toute la journée du 24 janvier dernier. Une rencontre pour faire le point sur les défis à venir et les difficultés d'aujourd'hui. Frédéric Jan, président d’EDT de Bretagne, estime que l'un des grands challenges à venir se situe dans l'intégration des jeunes. "Nos entreprises recrutent près de 200 jeunes sortants chaque année de formation Bac pro agro-équipement, dont une partie en CDI", résume-t-il. Et de préciser : "ces jeunes sont majoritairement issus de la formation en alternance ou en apprentissage". Un constat qui bouge aujourd'hui. Ainsi, Frédéric Jan déplore que "depuis trois ans, ce recrutement en CDI ralentit du fait de la dégradation du niveau de compétences des jeunes". Un phénomène qu'il explique par le fait que "les jeunes ne sont pas autorisés à utiliser certaines machines. Pire, d'un département à l'autre, les règles de refus ou d'acceptation de dérogations pour les moins de 18 ans sont tellement obscures que nos entreprises n'y comprennent rien". Un constat partagé par les centres de formation qui assurent que le phénomène s'amplifie avec le passage du Bac pro en trois ans, car certains jeunes effectuent l'ensemble de leur scolarité avant leurs 18 ans… Afin d'enrayer le problème, les entrepreneurs continuent d'interpeler les services de la Direccte afin d'organiser une réunion de concertation. Des avancées sont attendues dans les mois à venir sur ce dossier. L'intégration des jeunes se fait aussi dans l'entreprise avec plus ou moins de facilité. Pour mieux comprendre la génération Y (20 – 30 ans), le conférencier Fortuné Bellion, PDG de l'institut européen de vente et de management a expliqué dans une ambiance détendue les différences d'approche des différentes générations.

Batailles administratives

Si le recrutement questionne les chefs d'entreprises, d'autres batailles sont en cours. Pour Frédéric Jan, celle qui aura marqué 2013 est bien-sûr l'écotaxe. "Comment être compétitif quand les frais de transport sont augmentés de 10 %", interroge-t-il. Et de prévenir : "les bonnets rouges bretons n'ont pas fini de se faire voir et entendre". Le président de l'EDT revient également sur le pacte d'avenir qu'il juge "insuffisant. Il n'a pas permis d'obtenir des fonds d'aide pour nos entreprises". Des négociations avec le conseil régional de Bretagne sont en cours pour obtenir l'activation d'une enveloppe de 250 000 € de fonds européens pris sur le programme de développement rural de la PAC dans le but de moderniser le parc matériel des entreprises. Réponse fin février. "Cette enveloppe permettra d'éviter la sur-mécanisation des exploitations", explique Frédéric Jan. Enfin, l'EDT se bat contre la parution de l'arrêté préfectoral visant à interdire l'épandage de lisiers avant le 1er avril. Au président de réagir : "vis-à-vis de nos entreprises, il est inacceptable de supprimer un mois et demi d'activité d'épandage". A savoir qu'en Bretagne, 70 % de ces travaux sont réalisés par les EDT. La structure relève de nombreuses contraintes dans cet arrêté : une perte de chiffre d'affaires, des
journées rallongées (plus de 70 heures) alors que les dérogations sont de plus en plus difficiles à obtenir, un travail de nuit pour compenser (nuisance dans les bourgs), des investissements qui ne pourraient plus être amortis… Sur ce point, l'EDT s'associe donc au syndicalisme pour défendre ses positions.


Hélène Bonneau

 

Les EDT de Bretagne en chiffres

517 entreprises avec une moyenne de 48 ans pour les chefs d'entreprises

4 297 emplois soit 2 429 équivalents temps plein

260 entrepreneurs adhérents

90 % d'hommes – 10 % de femmes

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui