Terra 31 octobre 2014 à 08h00 | Par Cyrill Roy

Les espèces invasives au sommaire des Cahiers Naturalistes de Bretagne

Le 9e numéro des "Cahiers naturalistes de Bretagne" vient de paraître. Co-écrit par Jacques Haury, professeur à Agrocampus Ouest avec son ami d’enfance Philippe Clergeau, du Muséum national d’histoire naturelle, l'ouvrage s’attaque à la question des espèces invasives rencontrées en Bretagne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lundi
27 octobre à l'Agrocampus Ouest, de droite à gauche : Jacques Haury, Thierry Burlot (vice- président du Conseil régional en charge de l'environnement), Philippe Clergeau.
Lundi 27 octobre à l'Agrocampus Ouest, de droite à gauche : Jacques Haury, Thierry Burlot (vice- président du Conseil régional en charge de l'environnement), Philippe Clergeau. - © Terra

Les espèces invasives (plantes et animaux) sont des espèces introduites volontairement ou non par l’homme dans un nouveau milieu naturel dans lequel elles prospèrent et posent problème. Le ragondin par exemple est arrivé en Bretagne il y a environ un siècle. Il ne faut pas se fier à son air inoffensif et mignon car il est responsable de la destruction de berges et de digues. De plus, il est souvent nourri par les badauds, ce qui ne l’incite pas à partir. Les espèces invasives détruisent les autres formes de vie autour d’elles, tel l’écrevisse de Louisiane qui prolifère et colonise les cours d’eau. Philippe Clergeau souligne la prise de conscience trop tardive d'un phénomène qui menace la biodiversité. Le minutieux travail de collecte et de recoupage de données mené par les deux professeurs répond à l’objectif d’interpeller les différentes échelles d’action sur l’urgence de la situation. La revue est disponible dans les collèges, lycées et médiathèques et est aussi vendue dans les librairies.

- © Terra

Classification des espèces

Les espèces peuvent avoir le statut d’invasives avérées (leur prolifération est reconnue et a des impacts négatifs), potentielles (invasives sur d’autres territoires mais pas encore sur le territoire donné) ou à surveiller (on suppose qu’elles peuvent devenir invasives). L’ambroisie par exemple, est encore rare mais potentiellement invasive, de même pour le poisson chat. La jussie et la renouée du Japon sont, quant à elles, reconnues comme invasives avérées. La Berce du Caucase et l’amarante blanche, entre autres, sont des plantes à surveiller.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui