Terra 03 février 2017 à 08h00 | Par Chantal Pape

Les Talents gourmands ? Un formidable tremplin !

Lauréats 2015 des Talents gourmands, le concours organisé par le Crédit agricole pour promouvoir les bons produits du terroir, Guillaume et Séverine Rolland ont bénéficié d'un coup de pouce financier mais aussi et surtout d'un coup de projecteur qui les a aidés à trouver de nouveaux débouchés pour leur viande de porc.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Séverine et Guillaume Rolland ont fait le choix de porc élevés en plein air, nourris aux céréales et au lait.
Séverine et Guillaume Rolland ont fait le choix de porc élevés en plein air, nourris aux céréales et au lait. - © Guillaume Rolland

Producteurs de porcs à Plougastel Daoulas, Guillaume et Séverine Rolland ont choisi une autre façon de les élever. "Chez Séverine, on les nourrissait au lait et aux céréales pour la consommation familiale, raconte Guillaume. Nous avons décidé de faire la même chose". Le jeune couple teste d'abord son idée sur quelques animaux, avant de s'installer en 2009. "A l'époque, nous avions quelques vaches pour nourrir les porcs". Le succès aidant, le nombre de porcs engraissés augmente. "Et nous avons fait le choix d'acheter notre lait pour nous concentrer sur l'élevage du cochon".

Ici, pas de bio. "J'achète mes céréales chez un voisin, qui ne fait qu'un désherbage et un fongicide. Et je vais les chercher en tracteur : mon bilan écologique ne doit pas être si mauvais...". Mais un porc élevé en plein air. "Les truies sont rentrées en bâtiment deux jours avant la mise-bas et elles y restent deux semaines, avant de rejoindre un parc avec leurs petits". Chaque enclos dispose d'une yourte isolée et les mères rejoignent le troupeau des gestantes au sevrage des porcelets, qui restent dans le parc.

 

Un porc élevé en plein air

 

Originaire de Plougastel Daoulas, Guillaume Rolland a voulu tirer profit d'une particularité locale, plutôt considérée comme une contrainte par les autres agriculeurs. "Ici, au fil des successions, le parcellaire s'est retrouvé très morcelé. Et bon nombre de propriétaires préfèrent laisser leurs parcelles en friche, dans l'espoir qu'elles soient un jour constructibles". Qu'à celà ne tienne, il les démarche un à un et leur demande une mise à disposition, le temps que les porcs les défrichent. "Ils n'y voient que des avantages : après le passage des animaux, ils peuvent facilement couper le bois". Et les parcs tournent, au gré de l'appétit des porcs à l'engrais.

Un système que Guillaume et Séverine ont bâti peu à peu et qu'ils ne veulent surtout pas opposer à la production conventionnelle. "Nous sommes complémentaires, sur des créneaux différents. D'ailleurs, ce sont ces éleveurs qui nous ont donné un coup de main au démarrage, en nous prêtant du matériel, en nous fournissant de la génétique".

 

Vente directe

 

Abattus au Faou à l'âge de 6-7 mois pour un poids de carcasse de 120 kg, les porcs sont découpés à façon par un boucher. "Et tout est vendu en direct, aux particuliers sur le marché de Plougastel Daoulas ou en quart de carcasse, et à des restaurateurs, y compris des chefs étoilés, jusqu'en région parisienne", détaille Guillaume. Des particuliers qui comme Angélique, cliente de la première heure, voit "la différence de coup de fourchette des enfants". Ou des chefs à la recherche d'un produit qui se démarque et qui apprécient "une couleur et une texture de viande et de gras différentes, dues à l'alimentation et à l'exercice", détaille Guillaume.

C'est d'ailleurs l'un de ces chefs qui lui parle du concours des Talents gourmands, lancé par le Crédit agricole pour mettre en avant les producteurs, les artisans et les restaurateurs qui ont à coeur de promouvoir les produits du terroir. Un concours qu'il remporte haut la main. "Si le prix, 3 000 €, m'a aidé à m'équiper d'une chambre froide, il a surtout été pour moi la reconnaissance du travail effectué". Et l'inscription au Bottin gourmand lui a apporté la notoriété : deux ans plus tard, il est encore régulièrement sollicité par des journalistes, des chefs ou des sites de vente en ligne de produits du terroir un peu atypiques... "Et sur Plougastel, il y aurait de la place pour un autre producteur comme moi".

 

 

En pratique

 

Que vous soyez agriculteur, artisan ou restaurateur, il ne vous reste plus que quelques jours pour vous inscrire à l'édition 2017 des Talents gourmands, le concours organisé par le Crédit agricole pour mettre à l'honneur les bons produits du terroir. Rendez-vous sur le site www.talents-gourmands.fr et laissez-vous guider.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Infos techniques terra sur Synagri

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui