Terra 05 septembre 2014 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Les Terriales, un esprit de fête et des rencontres

Environ 8 000 personnes ont participé aux différentes animations programmées le week end dernier à Saint Armel. Les Terriales, ce sont bien sûr deux jours de fête... mais pas seulement! Jeudi soir, la salle des sports de Saint-Armel a ainsi accueilli une table ronde sur le thème "Nos territoires, source de richesses".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jeudi soir la salle de sport de Saint-Armel a servi de théâtre à la conférence débat.
Jeudi soir la salle de sport de Saint-Armel a servi de théâtre à la conférence débat. - © A.M

Pour planter le décor avant les débats, Jean Ollivro, géographe à l'université de Rennes 2 a fait un exposé sur les mutations auxquelles la Bretagne est confrontée, qu'elles soient économique, numérique, démographique ou écologique. "La première qualité de la Bretagne, ce sont ses hommes", a déclaré le géographe, pour qui les atouts de la région sont aussi à chercher du côté de son territoire et de sa capacité à avancer collectivement. "Contrairement à ce que j'ai pu entendre ici ou là, je ne pense pas que ce soit la fin du modèle agricole breton. Nous allons être obligés de revenir à une économie de production de richesses", a estimé Jean Ollivro. La table ronde a ensuite permis d'entendre une agricultrice du secteur en la personne de Nelly Aubry, le directeur des poulets de Janzé, Stéphane Letué ainsi qu'Olivier Clanchin, pdg de Triballat. "On comprend bien que la priorité des communes soit de développer la population, mais cela se fait toujours au détriment des surfaces agricoles", a témoigné Nelly Aubry, productrice de lait et de volailles de Janzé. Et d'ajouter : "C'est le devoir des collectivités de défendre les espaces agricoles. On voit d'ailleurs, notamment par l'intermédiaire de la loi de modernisation, qu'une prise de conscience s'effectue à travers une volonté de densifier l'habitat dans les centres".  Le directeur de la coopérative des poulets de Janzé, Stéphane Letué est quant à lui intervenu sur les avantages de la coopération, qu'il s'agisse des poulets de Janzé, ou à plus grande échelle, comme avec l'exemple de Coop d'ici, des coopératives qui mettent des moyens en commun, de manière à être en capacité de répondre aux appels d'offres des collectivités.

- © Terra

Une demande internationale forte et un marchÈ national saturÈ

Enfin, pour Olivier Clanchin, "si la demande internationale est très forte, le marché national est saturé et la concurrence européenne est très forte". Interrogé sur les relations avec la grande distribution par une des personnes qui assistait au débat, le pdg de Triballat a mis en avant "une grande distribution qui a beaucoup fait pour l’organisation et le développement de la production, en demandant en contre-partie une baisse des prix. Sauf qu'aujourd'hui, on nous demande de baisser les prix mais il n'y a pas les volumes en face". En filigrane, c'est l'éternelle question de la guerre des prix à laquelle se livrent les grandes surfaces, et dont les acteurs principaux, eux mêmes, ne semblent pas trouver de solution pour sortir de cette logique. Pour les intervenants de la table ronde, même si ce n'est pas toujours facile, "il faut toujours garder le pouvoir de dire non!"

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui