Terra 24 septembre 2016 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Mal-être au travail : des temps d'échange pour avancer

Prévention et prise de conscience peuvent réduire les risques psychosociaux des agriculteurs. Explications de l'ergonome Josiane Voisin et du conseiller en prévention Matthieu Bourdet de la MSA, qui intervenaient mardi 20 septembre à Plérin lors du rendez-vous annuel du comité professionnel "Agriculture au féminin".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Josiane Voisin, ergonome conseil.
Josiane Voisin, ergonome conseil. - © terra

Risque émergent dans les exploitations agricoles, le risque psychosocial, est un mot de spécialiste qui recouvre les problèmes de mal-être au travail."Dans ce cas, on parle de la partie subjective du travail. Le matin quand je me lève pour aller au boulot, ai-je la pêche ou bien cela me pèse-t-il ? Est-ce que je me sens impuissant ou capable de faire quelque chose ? " , résume Josiane Voisin, ergonome, consultante auprès de la MSA d'Armorique.
L'évolution du métier d'agriculteur est un fait. " Aujourd'hui les entreprises se restructurent : elles deviennent plus grosses, avec plus d'associés, de salariés. Cela fait appel à des notions nouvelles de gestion et de management de l'entreprise, alors qu'auparavant une exploitation avec 30 ou 50 vaches fonctionnait avec un éleveur seul, de l'entraide, un maillage agricole conséquent..." , explique Matthieu Bourdet, conseiller en prévention à la MSA d'Armorique. L'agriculteur de plus en plus "multicasquettes" avance dans un environnement exigeant, complexifié par une marge de manoeuvre financière très réduite en période de crise. "Pour baisser les charges, certains diminuent le recours aux services extérieurs ce qui les surchargent encore plus. C'est vrai que l'on peut accepter un pic de travail sur une courte période, mais s'il se reproduit tous les jours, toute l'année : cela devient difficile", explique le conseiller.

Une étude pour analyser le métier
L'ergonome Josiane Voisin a réalisé une étude à la demande de la caisse centrale de la MSA dans le cadre de la prévention du suicide - en lien avec un groupe national d'agricultrices - auprès de 6 exploitations, soit 13 exploitants.  Le but était  de mieux percer la réalité du métier. "Nous avons examiné l'ensemble du travail de chacun des associés, balayé leurs tâches et leur organisation", explique-t-elle.
Un des points relevés concerne la charge de travail. "Les journées des agriculteurs sont longues, sur toute la semaine ; la tête ne se libère pas du travail. Surtout en période difficile, on ressasse, on ne voit pas de solutions : malgré soi, on finit par s'épuiser et lâcher". Josiane Voisin conseille donc de s'aménager des temps pour s'arrêter et couper du travail. "A l'agriculteur de se le rendre obligatoire". Un autre élément perçu est celui de la délégation du rôle de chef d'exploitation à d'autres - banque, centre de gestion, parents, groupement... - jusqu'à exercer un métier qui finalement n'est plus en adéquation avec les objectifs de départ. "Il faut prendre la main ; trouver un mode de pilotage où l'agriculteur fait la synthèse des avis, tout en restant maître de ses décisions".

Comment mieux travailler ?
Prendre du recul, faire évolution son système de production, prendre du temps pour soi... Partant du postulat qu'il existe des pistes pour manoeuvrer, les professionnels de la santé souhaitent agir en amont sur le volet de la prévention dans une démarche positive et constructive. "Ce que nous souhaitons, c'est accompagner les agriculteurs qui souhaitent que leur situation au travail s'améliore", pointe Josiane Voisin. L'échange, le dialogue, la description des difficultés, les astuces des uns et des autres, sont au menu des prochains mois, en plus de la journée du 20 septembre dédiée au sujet. En effet, fin 2016, la MSA d'Armorique organisera des groupes de travail d'une dizaine d'éleveurs autour de cette question.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui