Terra 26 avril 2018 à 15h00 | Par Anne Bénédicte Martinot

Ne perdez plus vos invendus : donnez-les !

Vos fruits ou légumes arrivent tous en même temps, sont difformes ou trop petits. Ne les laissez plus au champ. Vous pouvez les donner aux associations d’aide alimentaire. Cela permet de réduire le gaspillage alimentaire et de réaliser un acte solidaire vers les plus démunis. C’est ce que fait Ronan Le Gall, producteur à La Mézière depuis deux ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'équipe de glaneurs en plein travail.
L'équipe de glaneurs en plein travail. - © Terra

Nous changeons de série et au final, nous aurons trop de poireaux. Alors, autant les donner que de les perdre", explique Ronan Le Gall. Jeudi 12 avril, Réso solidaire a organisé un glanage sur une parcelle de poireaux, après avoir été contacté par le producteur.

Solaal (1), dont la chambre d’agriculture est le relais régional, est partenaire de cette action. Son rôle est de mettre en relation les producteurs qui auraient des invendus et les associations d’aide alimentaire. S’il faut ramasser les produits au champ, Solaal contacte les pôles économie sociale et solidaire des Pays de Saint-Malo (Horizons solidaires) et de Rennes (Réso solidaire), qui coordonnent les actions sur leur territoire. Ils organisent le glanage : caler le jour avec le producteur et les associations d’aide alimentaire, mobiliser les glaneurs, organiser la logistique. Et les associations d’aide alimentaire viennent récupérer les produits conditionnés au champ. Pour ce glanage, la Croix rouge et la Banque alimentaire sont venus chercher les poireaux. C’est un moment de convivialité partagé autour d’un café où tous les acteurs se retrouvent.

Les poireaux seront distribués aux bénéficiaires de la Croix Rouge.
Les poireaux seront distribués aux bénéficiaires de la Croix Rouge. - © Terra

Simple pour le producteur

Il n'y a rien de plus facile pour le producteur. "Pour le 1er glanage, j’étais présent, explique Ronan Le Gall. Pour me rendre compte, mais après, on les a laissé se débrouiller. On leur indique l’endroit et la méthodologie et ils sont autonomes. De toute façon, on n’aurait pas récolté les légumes". Depuis 2016, il a donné des poireaux, des navets, de la mâche, de la salade, des haricots verts, des betteraves. Ils sont venus six à huit fois en deux ans. "Ils sont réactifs : on les appelle et ils viennent glaner une semaine après. Le temps pour eux de s'organiser. La réduction d’impôt ? Je n’ai jamais fait la démarche, car je trouve que les volumes ne sont pas énormes, et je le fais pour donner. Mais si les volumes augmentent, pourquoi pas ?", poursuit encore le producteur.

Quand appeler Solaal ou les pôles économie éociale et éolidaire ? Selon Ronan Le Gall, "on appelle quand les produits sont hors calibre : légumes trop petits, trop gros, qui ne se vendent pas…, quand il y a une surproduction ou si on ne veut pas sortir l’arracheuse pour moins de 100 kg". Il n’y a pas de quantité minimum ou maximum : même 40 kg de légumes, c'est déjà apprécié des bénéficiaires des associations d’aide alimentaire et les glaneurs volontaires se font un plaisir de les ramasser...

(1) Solaal : solidarité des producteurs agricoles
et des filières alimentaires.

 

 

 

 

 

 

Gagner en donnant vos invendus

Vous avez des produits trop petits, difformes, une surproduction…, profitez-en pour en faire don aux associations d’aide alimentaire et bénéficier d’une déduction d’impôt de 60 % sur la base du coût de revient (coût de production sans marge), dans la limite de 0,5 % du chiffre d'affaires. Si le plafond est dépassé ou si on ne paie pas d’impôt, on peut garder cette possibilité sur cinq exercices.

contact

Réso solidaire : 02 99 26 34 60, 07 88 69 76 97, glanagesolidaire@resosolidaire.org Pour tout don ou glanage solidaire, contacter la chambre d’agriculture de Bretagne, relais Solaal, Anne-Bénédicte Martinot, 06 22 53 19 76 ou anne-benedicte.martinot@bretagne.chambagri.fr

La parole à Laëititia Le Coq, chargée de missions à Réso solidaire

"Les volontaires en service civique, Théo Pierre et Charlotte Rondel, s’occupent avec moi de la logistique. Nous gérons les partenariats et nous recherchons toujours de nouveaux partenaires : les producteurs, les associations d’aide alimentaire, les structures sociales d’accompagnement de jeunes, les CCAS(2), les CDAS(3), les bénéficiaires de l’aide alimentaire, le transport coopératif pour la logistique "mobilité" pour venir sur la parcelle. Dernièrement, nous avons également fait un glanage solidaire avec le Cada - centre d’accueil de demandeurs d’asile, qui s’occupe des migrants en attente d’avoir leurs droits administratifs. Il y a aussi de plus en plus de glaneurs individuels. C’est ouvert à tous. L’important est d’avoir des groupes mixtes : jeunes, migrants, bénéficiaires… qui viennent d’horizons différents. Les échanges sont très riches. Le conseil départemental d’Ille-et-Vilaine est un partenaire de cette action. Réso solidaire est également lauréat 2018 de l’appel à projets de la Fondation Crédit agricole "Accompagner et soutenir des projets sociaux et solidaires".

Et nous avons répondu à l’appel à projet "mon projet pour la planète". Pour être lauréat, nous devons obtenir un maximum de votes citoyens, c’est ouvert à tous. Chacun peut voter directement en ligne avant le 11 mai sur le site internet : www.monprojetpourlaplanete.gouv.fr/

N’hésitez pas à voter pour pérenniser cette action".

 

(2) CCAS : centre communal d'action sociale.

(3) CDAS : centre départemental d'action sociale.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui