Terra 08 juillet 2016 à 08h00 | Par Elisabeth Congy, Chambres d'agriculture de Bretagne

Nitrates, une amélioration incontestable et reconnue

Dans le cadre de la révision quadriennale des zones vulnérables prévue par la directive nitrates, le comité régional de concertation nitrates s’est tenu le 29 juin dernier à la préfecture de région à Rennes. Cette réunion a permis de faire le point sur deux sujets : l’évolution de la qualité des eaux en Bretagne et l’évolution de l’utilisation de l’azote par les exploitations bretonnes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra

Les critères de désignation des zones vulnérables ont évolué depuis l’arrêté ministériel du 5 mars 2015. Dorénavant, en raison du risque "eutrophisation littorale", un seuil de 18 mg/l de nitrates a été fixé pour les eaux de surface alors qu’il est de 40 mg/l pour les eaux souterraines, en percentile 90*. Une tolérance est admise pour ces dernières qui présentent une concentration entre 40 et 50 mg/l avec une tendance avérée à la baisse. Pour mémoire, le précédent seuil de classement était de 50 mg/l pour les eaux de surface conformément à la réglementation européenne.

Baisse continue et avérée depuis les années 90

Ces changements de référence ne peuvent masquer le résultat obtenu : les teneurs en nitrates des cours d’eau sont descendues à une valeur moyenne proche de celles du milieu des années 80, avec un peu plus de 30 mg/l contre 53 mg/l en 1993. Les efforts des agriculteurs sont ainsi couronnés de succès. Toutefois, ces bons résultats doivent être encore améliorés pour répondre aux objectifs de la directive cadre sur l’eau.

Pression d'azote en baisse

Les résultats provisoires de la 2e campagne de déclaration des flux d’azote ont été présentés en comité nitrates . Le taux de déclaration est en hausse de près de 10 % pour atteindre 89,2 %. Et surtout, on constate une baisse de la quantité d’azote total (organique + minéral) épandu par les exploitations dans les 4 départements par rapport à 2014, année de référence. En moyenne, la quantité d’azote organique épandue est de l’ordre de 110 kg N / ha. Dans trois départements sur quatre, on observe une légère augmentation de l'utilisation de l’azote organique.

A noter que celle-ci est plus que compensée par la baisse d’azote minéral dans l’ensemble de la région.

(*) Percentile 90 : 90 % des mesures réalisées sont inférieures à cette valeur. Seules 10 % des analyses sont au-dessus.

Alain Tiengou, Président du groupe environnement des chambres d’agriculture de Bretagne
Alain Tiengou, Président du groupe environnement des chambres d’agriculture de Bretagne - © Terra

Si Alain Tiengou se dit "satisfait que le constat d’amélioration générale de la qualité de l’eau soit partagé par tous les membres du comité régional nitrates", il relève néanmoins quelques interrogations sur la méthodologie employée dans le classement de certaines masses d’eau. De plus, il considère que le changement de thermomètre, Q90 et non concentration moyenne, du suivi de qualité de l’eau "ne facilite pas la tâche".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui