Terra 26 juillet 2018 à 08h00 | Par Florian Salmon, président JA 35

Nous n’avons pas à nous excuser des efforts réalisés, ni des résultats obtenus

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Florian Salmon, président JA 35.
Florian Salmon, président JA 35. - © Terra

Le 2 mai 2017, Emmanuel Macron, alors candidat aux élections présidentielles, nous écrivait car l’agriculture était "au cœur" de son projet pour la France. J'ai relu ce texte. Il y précisait : "l’administration ne doit pas être là pour vous sanctionner, mais d’abord pour vous accompagner et vous faciliter la vie". Plus loin, il envisageait de relever le défi de la "conciliation de l’excellence agricole et de l’excellence environnementale" en sortant de "l’écologie punitive". Des engagements mainte fois répétés par les différents députés ou membres du Gouvernement mais qu'en est-il au moment de la mise en œuvre ? À la veille de la clôture de la révision du programme d’action régional nitrates (Parn), les services de l’État ne semblent pas concernés par ces engagements. Où est la simplification, la confiance et le droit à l’erreur quand un texte propose d’instaurer des seuils, de la paperasse, le tout bien évidemment facilement contrôlable pour les services de l’État ? Malgré l’amélioration de la qualité de l’eau due à la mobilisation des agriculteurs, les services de l’État veulent toujours plus de normes dans le 6e programme d’actions régional nitrates. Tous les quatre ans, c’est le même refrain : il faut durcir !

C’est une instabilité réglementaire insupportable et injustifiée : pour un JA dont l’exploitation est conforme à son installation, avant même qu’il ne perde son statut de JA, il lui faudra faire des investissements supplémentaires et improductifs pour garder son exploitation aux normes ! Et cela dans un contexte de baisse des soutiens ! La mobilisation et les actions syndicales paient mais à l’heure où le défi de l’amélioration de la qualité de l’eau est relevé, nous ne nous pouvons pas nous contenter d’un texte "moins pire" qu’une version précédente où les contraintes étaient poussées à leur paroxysme. Nous ne sommes pas des marchands de tapis !

Nous exigeons la prise en compte des efforts des agriculteurs, dans ce 6e Parn via, a minima, la suppression de toutes les contraintes ajoutées dans le projet et avec une simple évolution des mesures, qui d’un point de vue agronomique et environnemental n’apportent aucune plus-value !

On ne lâche rien afin que notre métier reste accessible. Dans cette dernière ligne droite, monsieur le préfet tranchera mais soyons clairs : nous n’avons pas à nous excuser des efforts réalisés et encore moins des résultats obtenus. Au contraire, soyons fiers de notre contribution à l’amélioration de la qualité de l’eau.

Nous méritons cette reconnaissance.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui