Terra 24 mai 2017 à 08h00 | Par Agra

Nouveau gouvernement : Jacques Mézard à l'agriculture

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra

Jacques Mézard, 69 ans a été nommé ministre de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation du gouvernement d'Edouard Philippe. Ancien avocat, puis conseiller général du Cantal pendant 14 ans, il a été élu sénateur (Parti radical de gauche) en 2008. Depuis 2011, il présidait le groupe du Rassemblement démocratique et social européen (RDSE), à majorité radical de gauche. Il était aussi vice-président de la commission sénatoriale aux collectivités territoriales du sénat. Les dossiers qui concernent la ruralité et l’aménagement des territoires lui tiennent particulièrement à cœur, il s'est affirmé opposé à la réforme des régions considérant qu’elle sacrifiait le Massif central, et il est un fervent défenseur du maintien des départements. Très tôt dans la campagne, il avait pris position en faveur d’Emmanuel Macron, et il a été acteur dans l’élaboration de son programme agricole.

Réagissant à cette nomination, le président de la FDSEA du Cantal et secrétaire général adjoint de la FNSEA Patrick Bénézit décrit un homme "qui vient de la ruralité et qui connait bien l'agriculture". Lors de la passation de pouvoir avec son prédécesseur, le 17 mai après-midi, le nouveau ministre de l'Agriculture s'est lui-même présenté comme "un homme de conviction et de caractère" mais aussi "de concertation". avant de préciser qu'il engagera les États généraux de l'alimentation, la première priorité étant "le prix payé" aux agriculteurs.

Lundi, à l'issue d'une première entrevue avec le nouveau ministre de l'Agriculture, la FNSEA a souligné son "pragmatisme", notamment sur les questions de stockage de l'eau sur lesquelles il souhaiterait "sortir d'un certain dogmatisme". La délégation FNSEA a ainsi été informée des premières mesures envisagées par le nouveau gouvernement. Une loi de simplification devrait passer en juin au Conseil des ministres. Concernant la mesure de "droit à l'erreur", mise en avant par Emmanuel Macron, la FNSEA a plaidé par exemple pour un "rappel à la réglementation" pour certains contrôles. "Il y a une vraie psychose des agriculteurs vis à vis des contrôles", estime la présidente de la FNSEA Christiane Lambert.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui