Terra 10 octobre 2014 à 08h00 | Par Claire Le Clève

Ohhh la vache ! les 18 et 19 octobre prochains à Pontivy

Après le concours régional Prim'Holstein l'an passé, place au régional Blondes d'Aquitaine lors du salon "Ohhh la Vache !" des 18 et 19 octobre prochains à Pontivy. Les halles Safire y abriteront 500 animaux, vaches et chevaux, des concours et une multitude d'animations concoctées pour conquérir, une nouvelle fois, le cœur des 25 000 visiteurs qui s'y étaient pressés l'an passé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour la présentation du salon Ohhh la Vache, de gauche à droite : Dominique Rolland, président de l'association régionale des éleveurs de Blondes d'Aquitaine, Sandrine Roberdel, animatrice de la SDA, Yannick Rolland, président de la SDA et Nicole Le Peih, présidente de Res'agri.
Pour la présentation du salon Ohhh la Vache, de gauche à droite : Dominique Rolland, président de l'association régionale des éleveurs de Blondes d'Aquitaine, Sandrine Roberdel, animatrice de la SDA, Yannick Rolland, président de la SDA et Nicole Le Peih, présidente de Res'agri. - © Terra

Bien sûr, il y a les concours qui brillent en lettres d'or sur le fronton de "Ohhh la vache". Samedi matin, celui de l’inter-régional Charolais devrait accueillir 80 animaux pour 7 départements repré- sentés et puis, dans l'après midi le régional Blondes d'Aquitaine mettra sous les feux du ring cette race dont seule une présentation permet traditionnellement à ses éleveurs d'être présents à Pontivy. Là se retrouveront sous l’œil affûté de deux juges mayennais, près de 60 animaux. Car si les concours sont, à l'origine, la raison d'être de ce salon où caracolent les plus belles bêtes des comices locaux, l'oeil du grand public s'en émeut peu. D'autres animations prennent alors le relais pour satisfaire un public de 25 000 visiteurs qui pour autant côtoie les éleveurs. Alors Ohhh la vache, une fois encore, fera la part belle à cette compétition avec 500 animaux présents pour les concours durant les 48 heures, sans oublier celui du cheval breton à l'extérieur. Et pour que le public, de plus en plus nombreux, ne perde pas une miette de cette diversité des races qui composent l'élevage morbihannais et breton, elles se retrouveront toutes sur le ring, dimanche à 16 h.


Interpeller sur la consommation

Une diversité de races qui traduit aussi la volonté de montrer "toutes les agricultures qui composent notre territoire, insiste Yannick Rolland, président de la société départementale d'agriculture. Nous voulons également impliquer l’ensemble des acteurs pour favoriser la promotion de tous les métiers de l'agriculture et que tous, nous en soyons fiers". Pour ce faire, la SDA a fait peau neuve, se dotant de statuts qui élargissent son fonctionnement à l'enseignement agricole mais aussi aux réseaux, fédération des Cuma et Rés'agri. Ainsi, les acteurs du réseau des Cuma auront-ils à cœur de faire monter dans la cabine d'une moissonneuse batteuse le public qui le souhaite, en plus de l'organisation des traditionnelles courses de mini tracteurs. Autres nouveautés, celles réservées par les tenants de l'agriculture de groupe Rés'agri. "Nous avons demandé à tous les lycées agricoles de faire des photos sur le thème "le travail en collectif", résume sa présidente, Nicole Le Peih. Cinquante clichés seront exposés, un jury déterminera les meilleurs. Rés’agri proposera également un atelier pour "apprendre à connaître et déchiffrer les informations sur les étiquettes de nos produits alimentaires". Objectif ? "Interpeller les consommateurs, sur ce qu'ils consomment au quotidien, sur la qualité des marchandises que nous produisons et qu'ils retrouvent, les interpeller sur ce qu'ils consomment à l'extérieur et sur l'origine des produits". Toute une éducation à la consommation qui commence dans l’assiette que les visiteurs pourront remplir grâce au marché des producteurs locaux situé à l’entrée du salon.


Au programme

Ferme grandeur nature avec les différentes races de vaches du département. Découverte des produits agricoles "Made in Morbihan",des filières lait bovins, porcs, volailles, moutons, chevaux, légumes, cultures: maquettes interactives, jeux, dégustations, quizz...

Découverte des métiers: glissez-vous dans les bottes d'une agricultrice ou d'un agriculteur.
Démonstrations de dressage de chevaux de selle et de tonte de moutons.
Salle de traite du Professeur Lactus pour s'entraîner à la traite !

Expo de matériels agricoles innovants et de tracteurs de collection.
Grand marché animé des producteurs locaux sous chapiteau. Concours du produit fermier innovant. Dégustations et démonstrations culinaires.
Expos photos, performance artistique :assistez en direct à la naissance d'une œuvre d'art sur une vache "grandeur nature".
Nombreuses animations pour les petits : montez à bord d'une moissonneuse batteuse ! Course de mini-tracteurs. Coin caresses avec les ânes, poules, lapins, moutons, chevaux, petits cochons, chèvres et veaux ... Balades en poneys gratuites pour les enfants. Ateliers de sculptures sur fruits et légumes. Naissances de poussins en direct.

Et plein d'autres surprises à découvrir !

PRATIQUE : Entrée gratuite

 

 


Les concours

Samedi 18 octobre 2014

Halle 2 (nouvelle)

- 8h30/10h : jugement de bétail (JA) Prim’holstein et Normande

- 10h30/18h30 : concours départemental Prim’holstein - Visite officielle à 17h
Halle 1
- 8h/13h : Concours inter-régional Charolais

- 13h/14h30 : Concours départemental Pie Rouge
- 14h30/17h30 : Concours régional Blonde Aquitaine

Dimanche 19 octobre 2014

Halle 2 (nouvelle)

- 10h30 -14h30 : Concours départemental Normande - 14h30-17h : show génisses PH
Halle 1
- 9h/10h Concours jugement bétail Charolais

- 10h/1h30 : Toilettage Charolais
- 13h30/14h : Présentation Bretonne Pie Noir - 14h/16h : Concours Montbéliarde
- 16h/17h : Défilé de toutes les races.


nes, altière Blonde d’Aquitaine née sur l'exploitation de Lillian et Jean Pierre sera pour la première fois présente à Pontivy.
nes, altière Blonde d’Aquitaine née sur l'exploitation de Lillian et Jean Pierre sera pour la première fois présente à Pontivy. - © Terra

Ines, première participation en concours

Quand Ines apparaît, belle génisse Blonde d'Aquitaine de 13 mois, l'expression sortir du lot prend tout son sens. C'est ce qui vaut à ses heureux propriétaires, Lillian Larsen et Jean-Pierre Finjean une première participation à un concours, et qui plus est, régional. Et c'est à Ohhh la vache !

Il y a dans la manière dont Lillian Larsen roule joliment les R, le roulis des galets au fond des fjords de sa Norvège natale. Et l'oreille charmée écoute le récit de cette femme, traductrice, qui arrive en France en 1995, découvre Crac'h et sa rivière et tombe sous le charme de cet aber qui ne se dit pas et décide de vivre là, "près de ce rivage, dans ce paysage". Jean-Pierre Finjean viendra l'y chercher pour l'emmener en 2000 à deux pas, à Sainte Anne d'Auray, au pied de la basilique. Cet enseignant, amoureux de la race blonde d'Aquitaine la fait régner sur l'exploitation parentale. Même coup de cœur de Lillian pour la jolie robe claire de vache "au grain de viande incomparable, au caractère doux" qui séduit au delà de son berceau de race. "Cette ferme est une histoire de femmes", décline Jean Pierre qui tout à son professorat, laisse les rênes de l'exploitation à Lillian pas peu fière :"je suis le chef d'exploitation depuis 2010, moi qui en Norvège n'ai pas vu beaucoup de vaches". Sur l'exploitation de 40 ha, Lillian élève 25 mères et la suite pour un troupeau de 60 à 70 bêtes. "Nous gardons toutes nos petites génisses et vendons nos mâles en broutard pour l'export vers l'Ita- lie". Et si une à deux bêtes par an partent avec le label blond pour la bou- cherie, c'est avant tout la vente en repro avec le GIE Blond d'Aquitaine, que recherchent Lillian et Jean-Pierre adhérents également à Breizh bovins croissance. "Oui, la génétique nous intéresse, nous sommes exigeants sur des critères de sécurité notamment. Nous avons fait de la sélection dès le départ", enchaîne le couple qui doit au regard du technicien du GIE la participation d'Ines au concours régional. "Il nous a dit qu'elle sortait du lot et qu'il fallait l'inscrire, c'est la première fois". Depuis lors, Ines, fille de Dali sur Dalida, altière génisse de 13 mois apprend à dominer sa fougue à la longe. L'expression des gènes, notamment de son grand père, prix de championnat à Paris, est déjà bien visible dans cette toute jeune vache, porteuse d'avenir et d'espoir car "participer, c'est convivial et c'est peut être aussi l'occasion de faire reconnaître notre ferme sur le travail de la reproduction", pointent Lillian et Jean-Pierre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui