Terra 08 juin 2018 à 08h00 | Par JArnaud Marlet

Oser voir les choses autrement

Les éleveurs délégués du secteur Rance-Penthièvre de Bretagne conseil élevage Ouest (BCEL) ont accueilli l'assemblée générale de leur entreprise le 5 juin à Dinan. À cette occasion, ils ont organisé une table ronde pour mettre à l'honneur des initiatives "pour oser voir les choses autrement".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Joseph Rousseau, président du Cérafel.
Joseph Rousseau, président du Cérafel. - © Terra

"Lors de nos réunions de préparation, on s'est rendu compte que beaucoup de nos collègues exprimaient le fait qu'il est difficile d'être acteur de son environnement. Pourtant ce n'est pas une fatalité et des exemples d'hier et d'aujourd'hui nous montrent que c'est possible de reprendre les choses en main", explique Philippe Salabert, administrateur et délégué BCEL Ouest sur le secteur Rance-Penthièvre. À commencer par l'exemple de l'aventure de Prince de Bretagne. Créé en 1970, Prince de Bretagne est la marque collective des producteurs de fruits et légumes de la côte nord de la Bretagne. Elle est aujourd'hui utilisée par les producteurs de six coopératives bretonnes : Sica de St-Pol-de-Léon, Socoprim, la Bretonne, Triskalia, l’Union des coopératives de Paimpol et de Tréguier (Côtes d’Armor) et Terres de St-Malo (Ille-et-Vilaine) regroupées au sein du Cérafel. "En production légumière, nous étions soumis au pouvoir des marchands et la création de l'organisation de mise en marché nous a permis de trouver le meilleur équilibre entre l'offre et la demande", souligne Joseph Rousseau, actuel président du Cérafel, invité pour témoigner sur cette aventure qui a créé des ruptures dans les modes de commercialisation et qui a permis de "faire entendre la voix des agriculteurs".


Reprendre la main

Autre exemple de "reprise en main" sur la commercialisation, avec la start-up Fermedirecte.com qui propose une plateforme, lancée d'ailleurs pour l'occasion le jour de l'assemblée générale de BCEL Ouest, et qui propose aux agriculteurs un espace de vente qui regroupe acheteurs et vendeurs. "L'agriculteur propose ses produits, fixe son prix et la plateforme recherche le client. L'agriculteur choisit ensuite son prestataire et nous gérons la logistique", développe Kevin Richard, son fondateur. Fermedirecte entend définir avec l'agriculteur ses stratégies de ventes et d’achats de produits agricoles et les accompagner à toutes les étapes. Qu'il s'agisse d'aller sur des marchés internationaux de volume, de luxe, en B2B national ou pour répondre à des appels d'offres de collectivités.

Enfin, la communication est aussi un bon exemple pour reprendre la main sur son image. "La révolution numérique a fait basculer les modes de communication. Le consommateur est devenu un média, un prescripteur, un financeur, un fournisseur de service, un loueur de bien...", rappelle Céline Michel, directrice de la vie politique et de la communication chez BCEL Ouest. Les réseaux sociaux offrent une caisse de résonance incroyable. Certains s'en servent pour y passer des messages négatifs sur l'agriculture. À l'inverse, des initiatives positives voient le jour. À l'image du youtubeur Antoine Thibault, dit Agriskippy. Éleveur laitier à Cintray (27), il veut, à travers ses vidéos, "montrer au grand public la réalité de l'élevage".

Tous ces exemples montrent qu'il n'y a pas de fatalité, à condition d'accepter de devenir acteur de son avenir et d'oser contribuer à inventer de nouveaux schémas de fonctionnement.

Céline Michel, directrice de la vie politique et de la communication chez BCEL Ouest.
Céline Michel, directrice de la vie politique et de la communication chez BCEL Ouest. - © Terra

iCownect

Innoval va lancer lors du Space, la distribution d'un outil éleveur qui veut simplifier la conduite des exploitations laitières : iCownect. Destinée aux éleveurs bovins, cette solution de pilotage "360°" couvrira l'ensemble des métiers de l'élevage : identification, santé, production laitière, reproduction, génétique, économie, alimentation, croissance, suivi des troupeaux. Une solution qui sera amenée à remplacer progressivement Agrael.

- © Terra

Il a dit : Jo Jaouen, président de BCEL Ouest

Nous sommes dans des années charnières en matière de restructuration des élevages et de renouvellement des générations chez les éleveurs laitiers. Nous imaginons une perspective autour de 3 500 éleveurs à l'horizon 2023-2025 sur notre territoire. Poursuivre les réflexions sur l'organisation sera donc l'une des réflexions majeures du futur projet stratégique. Nous avons bien compris que tous les élevages n'attendent pas le même type de conseil et que celui-ci est étroitement lié à la stratégie de chaque élevage. Nous devons proposer un conseil individualisé et un profil de conseiller qui corresponde aux attentes de chaque éleveur. En plus des projets propres à BCEL Ouest, nous renforçons notre présence et notre contribution dans le cadre d'Innoval. Politiquement, notre volonté de construire et de partager est toujours aussi forte. Le conseil d'administration n'hésite pas à sortir des sentiers battus pour étudier les évolutions techniques issues d'autres milieux, dès lors qu'elles peuvent être source de progrès pour l'élevage laitier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui