Terra 21 février 2014 à 08h00 | Par Hélène Bonneau

PAC viande bovine : trois propositions sur la table

Alors que la répartition des budgets de la PAC au sein des filières en est aux finitions, les élus FRSEA, JA et la chambre d’agriculture des Côtes d’Armor sont en tête de ligne sur le dossier de la viande bovine, "pour une répartition plus juste".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les élus sont venus présenter leurs propositions sur l'élevage de François Rault, éleveur de Limousines à Corlay. Après calcul, il perdrait entre 4500 et 5000 € avec la nouvelle PAC.
Les élus sont venus présenter leurs propositions sur l'élevage de François Rault, éleveur de Limousines à Corlay. Après calcul, il perdrait entre 4500 et 5000 € avec la nouvelle PAC. - © Terra

"L’inquiétude est grande", estime Claude Henry, président de la section viande bovine de la FDSEA des Côtes d’Armor. "Les perspectives qui se dessinent sont dramatiques pour la filière au vu des chiffres de la PAC". En effet, la donne change par rapport à l’ancien calcul où l’ensemble du troupeau bénéficiait d’une prime de 188 € par vache allaitantes. En 2015, seules les 40 premières vaches devraient bénéficier de 200 € de prime et au-delà, cette prime baisserait sans qu'on en connaisse le montant aujourd'hui. "Les sacrifiés de l’affaire sont les troupeaux moyens des éleveurs spécialisés", analyse Olivier Allain, président de la chambre d’agriculture. Quant à Didier Lucas, vice-président de la FRSEA, il parle "d’une vaste fumisterie", relative au discours de François Hollande à Cournon pour soutenir l’élevage.

Trois propositions

"Afin de préserver la filière, trois propositions vont être soumises au ministère de l’agriculture. Il s’agit de faire jouer les vases communicants au sein du budget alloué", précise Olivier Allain. La première proposition concerne les JA qui se verraient primer leurs génisses à 20 % afin de constituer leur cheptel. "Il faut être cohérent en donnant aussi aux jeunes pour assurer le renouvellement des générations", estime Claude Henry. La seconde proposition consiste à augmenter la prime unitaire des animaux selon un critère de mise à l’herbe. Si l’éleveur a au minimum 25 % de sa SAU en herbe, il bénéficiera d’une sur-prime. "Cette mesure permettra de focaliser les primes sur les éleveurs spécialistes au lieu de donner le budget aux agriculteurs qui cultivent 200 ha de céréales et ont 25 vaches allaitantes", assume Olivier Allain. Enfin, la dernière mesure est de ne pas primer les deux premières vaches afin de financer l’ensemble du projet de répartition.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui