Terra 29 mai 2019 à 15h00 | Par Florian Cazeres

Pollinisateurs, la FAO demande aux gouvernements d'agir

La FAO organisait, le 20 mai, la "journée mondiale des abeilles", afin de mettre en lumière les risques que fait peser la disparition des pollinisateurs sur la sécurité alimentaire mondiale. Elle demande aux gouvernements d'agir. En France, scientifiques et producteurs appellent à changer les règles d'homologation des phytos.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le déclin des populations d'abeilles, "partout dans le monde", représente une "menace sérieuse" pour la "sécurité alimentaire et la nutrition à l'échelle mondiale", a alerté la FAO.
Le déclin des populations d'abeilles, "partout dans le monde", représente une "menace sérieuse" pour la "sécurité alimentaire et la nutrition à l'échelle mondiale", a alerté la FAO. - © Terra

La FAO a célébré, le 20 mai, pour la seconde fois, la journée mondiale des abeilles, qui vise à "mettre en lumière l'habitat des pollinisateurs afin d'améliorer les conditions de leur survie". Le déclin des populations d'abeilles, "partout dans le monde", représente une "menace sérieuse" pour la "sécurité alimentaire et la nutrition à l'échelle mondiale", a alerté l'institution internationale.
Elle appelle les pays à "faire davantage afin de protéger ces alliés indispensables dans la lutte contre la faim et la malnutrition". Selon l'organisation, "deux tiers des plantes cultivées qui nourrissent la population mondiale dépendent de la pollinisation". La FAO s'inquiète "des effets combinés du changement climatique, de l'agriculture intensive, de l'usage de pesticides, de la perte en biodiversité et de la pollution".


L'Anses pour muscler l'homologation
En France, l'Unaf (apiculteurs amateurs) a profité de cette journée pour lancer une pétition en ligne "contre l'utilisation des pesticides en période de floraison" pour protéger les abeilles. En effet, selon un rapport, publié par l'organisation le 9 mai dernier, "la moitié des usages insecticides bénéficient d'une dérogation" à l'interdiction, en France, de pulvériser en période de floraison.
La pétition appelle le gouvernement à mettre en œuvre les recommandations de l'Anses publiées en février. L'agence recommandait notamment que l'octroi de dérogations soit soumis à la réalisation de "nouveaux essais" sur le développement du couvain, les effets chroniques d'une intoxication aiguë et, pour tous les produits contenant un insecticide neurotoxique, sur le comportement des abeilles.


Des espoirs contre le varroa
Dans un dossier publié le 20 mai sur son site, l'Inra appelle également à une refonte des tests d'homologation pour mieux prendre en compte les effets indirects de ces produits sur les abeilles. Réalisé en partenariat avec "l'institut de l'abeille", ce dossier vise à lister les principaux facteurs qui contribuent à la hausse de la mortalité des abeilles, en vue de limiter ce phénomène.
L'Inra cite également le varroa pour expliquer le déclin des abeilles. Toutefois l'organisme évoque un espoir dans la recherche contre cette maladie : certaines "colonies parviennent à détecter plus facilement la présence de cet acarien et à enrayer sa propagation en nettoyant les alvéoles affectées". Des travaux sont en cours pour "aider les apiculteurs à sélectionner des colonies afin de favoriser ce comportement", indique l'Inra.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui