Terra 18 octobre 2018 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Poule et Toque part à la reconquête du marché de la RHD

La Société bretonne de volaille (SBV), filiale du groupe LDC (qui fêtera ses 50 ans l'an prochain), a lancé une nouvelle marque dédiée au marché de la restauration hors domicile (RHD). Avec Poule et Toque, le groupe entend partir à la reconquête d'un marché, encore fortement marqué par l'import.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La marque va rassembler plus de 500 références d'origine France, autour d’une quinzaine de familles de produits.
La marque va rassembler plus de 500 références d'origine France, autour d’une quinzaine de familles de produits. - © Terra

Pour le marché de la restauration professionnelle, la Société bretonne de Volaille a lancé depuis septembre une nouvelle marque : Poule et Toque. Son objectif ? Devenir la référence française du marché de la volaille pour les métiers de la restauration, en frais et en surgelé.

La restauration hors-domicile importe 50 % des volailles qu’elle utilise. Dans le détail, la part d’import se situe à 30 % en restauration collective mais elle grimpe jusqu’à 85 % dans le réseau des boulangeries-pâtisseries (sandwichs et produits snacking). Une aberration quand on sait, selon une étude menée en début d'année, que 94 % des Français souhaitent de la volaille française en restauration.

La consommation de volaille en RHD est sur une très bonne dynamique. Elle pèse 31 % des achats de produits carnés en restauration en France, stimulée par la restauration collective et par les chaînes de restaurants (fast food hamburger, sandwicheries, cafétérias...). La volaille est largement plébiscitée par les consommateurs français et se décline en un grand nombre de recettes : wraps, burgers, sandwichs, plats cuisinés, rôtisseries. Ainsi, les achats de volailles en RHD sont évalués à 182 000 tonnes pour 956 millions d'euros HT : 54 % des volumes sont achetés par la restauration commerciale, et 46 % par la restauration collective ; le poulet concentre 64 % des volumes, suivi par la dinde (23 %), le canard (7,5 %), la pintade, et les charcuteries (étude FranceAgrimer).

 

12 sites de production

Pour reconquérir des parts de marchés face à l'import, le groupe mise donc sur la SBV. Créée en 2015, la filiale regroupe l’ensemble des activités bretonnes du groupe LDC en volaille et produits élaborés. Consécutivement à différentes opérations de croissance externe, SBV regroupe aujourd’hui 12 sites de production (plus un en Vendée) pour un chiffre d'affaires de 730 M€ et emploie 3 600 personnes. SBV est leader sur le marché de la volaille en restauration et en PAI (produits alimentaires intermédiaires). Chaque entreprise du pôle SBV dispose de sa propre culture et de ses marques historiques.

"Notre premier chantier a été de réorganiser les activités, sous une même enseigne. Sur le plan commercial, il y a désormais une seule facturation et une organisation par métiers et non par entreprises", explique Roland Tonarelli, le directeur général de SBV. L'autre défi à relever reste celui des capacités de production. "L’ensemble de nos sites sont quasiment à pleine capacité. C’est pourquoi nous augmentons nos capacités d’abattage et de transformation", ajoute Roland Tonarelli. Après 150 M€, ce sont 120 M€ qui vont être injectés sur les trois prochaines années, dont 55 M€ dans la nouvelle usine de Châteaulin.

 

Une offre répartie en trois gammes

La nouvelle marque et sa mascotte, qui se veut décalée, ciblent toutes les catégories de restauration  : collectivités, restaurants, snacking… et compte plus de 500 références. L’offre est répartie en trois gammes  : prêt à cuire, prêt à réchauffer, et prêt à servir.

À noter que pour faciliter la gestion de la traçabilité par le restaurateur, une majorité des produits sont dotés d'une vignette détachable et repositionnable, contenant les informations nécessaires pour une bonne gestion. Les cartons seront, quant à eux, clairement identifiables pour assurer une visibilité maximale dans les frigos.

"Nous n’avions jamais osé proposer une marqué dédiée à ce marché. Quand l'équipe de SBV m'a soumis le projet, j’ai tout de suite adhéré à cette initiative", a commenté Denis Lambert, le président de LDC, venu soutenir le lancement de la marque à Rennes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui