Terra 30 mars 2017 à 10h00 | Par Claire Le Clève

Prim’Holstein 56 : 2016, année exceptionnelle

2016, c’est l’année des Prim’Holstein du Morbihan qui ont, souvent, fait briller les yeux de leurs éleveurs réunis au sein de Prim’Holstein 56. De très beaux palmarès, une présence soutenue aux concours, une relève aussi active que fédérative, l’assemblée générale s’est aussi penchée sur les énergies que cultivent, à Arzal, les membres du Gaec de Kerrolet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De très beaux palmarès, une présence soutenue aux concours, une relève aussi active que fédérative, à l’actif du Prim’Holstein 56 en 2016
De très beaux palmarès, une présence soutenue aux concours, une relève aussi active que fédérative, à l’actif du Prim’Holstein 56 en 2016 - © Claire Le Clève

 

"Cette année a été une année exceptionnelle pour les éleveurs de Prim’Holstein du Morbihan", non pour la crise, elle aussi exceptionnelle que traverse l’agriculture, non pour le prix du lait, au plus bas, s’empressera de préciser Jean-François Guillaume, mais bien par les activités de concours, piédestal du savoir-faire des éleveurs du département. "Tant en nombre de vaches (9) que d’éleveurs présents, on n’avait pas vu ça depuis 1982 à Paris". Idem pour Morlaix, Colmar, Pontivy ou au Space où sur 20 éleveurs, "il y avait 4 ou 5 premières participations", s’est réjouit le président soulignant l’importance des moments de convivialité, précieux en ces temps difficiles. Autre fait majeur, l’implication importante du groupe jeune de BZH 56 qui, outre l’accompagnement des différents événements, "a réussi a fédérer de nombreux jeunes et à assurer une relève de qualité", participant "à la réussite du concours de Pontivy".

Plus-value par les taux

Des résultats aux concours qui se lisent aussi dans les résultats de la génétique départementale selon Prim’Holstein France soulignant, "le travail réalisé". Les 88 000 vaches de la ferme Morbihannaise ont un ISU moyen de 119, soit de 2 points supérieur à celui de la ferme France en Prim’Holstein. "C’est très lié à l’index en TP de 0,2 quand il est en moyenne de 0,09 pour l’hexagone". En moyenne, la vache morbihannaise a donné 9 069 kg de lait en 2016 (TP 31,5 et TB 38,8), soit 400 kilos de plus que la moyenne des Prim’Holstein au contrôle laitier. L’avenir est prometteur dans la pépinière de génisses qui présente un ISU de 135, 20 % de plus que le cheptel laitier (119). "Les index de production se tiennent, on maintient l’avance qui s’accentue en taux chez les génisses", pointent les techniciens.

Cultiver l’énergie

Le revenu et la rentabilité, sont bien le nerf de la guerre, certains vont les chercher aussi par la diversification, notamment en cultivant de l’énergie. C’est le cas du Gaec des moulins de Kerollet ou trois associés avec trois salariés, ont mutualisé leurs compétences. Et si le lait, avec 200 vaches sur 200 ha et 1, 7 millions de litres produits, reste "la colonne vertébrale", l’investissement dès 2009 s’est porté sur 1 600 m² de toiture photovoltaïque, surface qui va doubler cette année. "Pas de projet de bâtiment sans réfléchir au photovoltaïque, c’est toujours valable", incite Bruno Calle. Idem pour la méthanisation, "vous avez de l’or dans vos fosses", appuient les associés, que cette ferme laitière "pionnière il y a 4 ans", s’est appropriée dès 2012 avec plate-forme de séchage de bois plaquette à la clé offrant aujourd’hui, en séchant ses fourrages, une autonomie et une assurance sécheresse non négligeables. Un pari de diversification désormais en passe d’être gagné :"nous assumons pleinement notre rôle de chefs d’entreprises ", ont insisté les associés l’après midi faisant découvrir leurs installations et la cohérence de leur projet.

 

Claire Le Clève

 

 

 

 

 

8 % des élevages morbihannais sont dans le top 100 français au palmarès Isu
8 % des élevages morbihannais sont dans le top 100 français au palmarès Isu - © Claire le Clève

 

Au top 100

Le palmarès des meilleurs élevages morbihannais, sur les 100 meilleurs en France, montre l’homogénéité du Morbihan en matière de note globale, le premier, le gaec du Bon Vent, arrivant à la 10 me position, les autres suivent. Quant à la production de lait brut avec une moyenne de 12 836 kg par vache c’est l’élevage d’Hervé Le Goaller de Ploerdut qui est sur la plus haute marche du podium. Reste la recherche de plus-value par les taux, où le groupe morbihannais se distingue, le 1er élevage avec un TP de 33,7 arrivant 5 me national.

Vaches à haut potentiel

 

Intervenant pour le GDS, Béatrice Brient, présidente du comité départemental a précisé la mise en place de deux nouvelles mesures en lien avec la transformation de la caisse "Vaches à haut potentiel" en caisse complémentaire ouverte à tous. Face au plan d’éradication de la BVD, lancé dans le Morbihan, "en cas de bovin positif vous aurez un complément par le GDS pour venir compenser le différentiel de prix avec celui de la saisie pour l’abattoir". Idem avec le lancement d’un statut de troupeau indemne en Paratuberculose. "On pourra aussi vous indemnise,r à condition de vous assurer en amont", a-t-elle mis en garde.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui