Terra 12 janvier 2017 à 08h00 | Par Emmanuelle Le Corre

Prix du porc : un début d'année sous de bons auspices

L'année 2017 débute avec une bonne fluidité dans les élevages et un prix de base à 1,32 euro/kg, en rien comparable à 2016. En ce début d'année, le marché du porc breton annonce des clignotants au vert pour le commerce du porc. Côté organisation, le MPB espère voir le retour de Bigard en 2017.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Changement d'ambiance. Aujourd'hui, la traditionnelle séance de vente du lundi est réalisée à distance. Certains acheteurs ne se déplacent plus physiquement à Plérin le jeudi.
Changement d'ambiance. Aujourd'hui, la traditionnelle séance de vente du lundi est réalisée à distance. Certains acheteurs ne se déplacent plus physiquement à Plérin le jeudi. - © Terra

Les vœux 2017 du marché du porc breton à Plérin s'inscrivent dans un contexte des marchés plus serein. "Les fondamentaux du commerce sont au vert", indiquait le 5 janvier François Pot, président du marché du porc breton, lors du traditionnel repas des vœux.

Le prix de base s'établit en 2016 à 1,293 euro/kg contre 1,238 en 2015. En 2016, le prix du porc a frôlé la catastrophe. Le début d'année 2016 démarrait avec un prix en berne, des problèmes de fluidité dans l'enlèvement des porcs et la crainte que constituait l'arrivée des stocks privés sur le marché européen... Sans la Chine - avec un mois de juin record en terme d'exportations vers les pays tiers - le prix n'aurait peut-être pas décollé, coincé autour de 1,10 euro entre janvier et avril 2016. Un véritable ballon d'oxygène pour le prix du porc européen et même un record ! "Les statistiques cumulées sur 10 mois en 2016 montrent une croissance de 26,4 % des exportations de la communauté européenne vers les pays tiers. Un volume supérieur au meilleur total annuel jamais réalisé !", décrit dans son bilan le marché du porc breton. C'est la Chine qui contribue à ce résultat avec 1 585 000 tonnes exportées, en hausse de 75,5 % par rapport à 2015. C'est la Chine qui a écoulé les stocks privés européens vendus sur avril, mai et juin 2016. Alors que sur les 9 mois cumulés de 2016, la production européenne serait en hausse de 1,5 % (260 000 t supplémentaires).

Début 2017 : l'optimisme au rendez-vous

Pas de porcs trop lourds (94,6 kg contre 96 kg en 2016), un marché fluide favorisé par l'absence de jours fériés, pas de stocks congelés, un prix qui débute l'année à 1,314 euro/kg en hausse de 22,5 %, une situation identique en Europe (excepté en Espagne) : bref le scénario de ce début 2017 s'annonce sous de bons auspices. "Cela ressemble à la situation de marché de 2014", indique Jean-Pierre Joly, directeur du MPB, année sapée à l'époque par l'embargo russe. Un autre signe ne trompe pas, c'est la pénurie de porcelets dont le prix a augmenté de 45 % en Allemagne et 74 % en Espagne entre janvier 2016 et janvier 2017. Un signe annonciateur d'une prochaine baisse de production "d'ici deux mois". "La grande fluidité et la baisse de production dans le nord de l'Europe vont certainement provoquer rapidement un gros déséquilibre offre - demande qui penchera en faveur du prix", commente le MPB en ce début d'année.

Le retour de la forte pression commerciale des Etats-Unis auprès de la Chine n'inquiète que modérement les observateurs qui se fient aux ratios : en octobre 2016, l'Europe exportait 127 000 tonnes vers la Chine, 27 000 tonnes pour les Américains.Reste à croiser les doigts qu'un incident autre (sanitaire par exemple) ne vienne bousculer la donne.

Une hausse après deux mois calmes

Après deux mois de calme plat, le prix de base du cadran se redresse légèrement (+ 1,6 ct) en ce début 2017. La bonne activité d'abattage en ce début d'année et les demandes de la GMS avec les actions de promotion stimulent la demande. De son côté, le marché du porc breton a renoué avec une certaine accalmie après les épisodes mouvementés de l'été et l'automne 2015. "Début 2016, nous relancions le marché avec des doutes, depuis nous avons pris du poil de la bête", décrit François Pot, en référence au redémarrage le 26 novembre 2015 du cadran avec une nouvelle convention. Si 7 000 porcs en 2016 sont venus grossir le catalogue, le marché du porc souhaite que l'opérateur Bigard, toujours absent aux manettes, revienne aux achats. "Il faut consolider les apports du marché du porc, je lance donc un appel à Bigard pour qu'il reconsidère sa position", a appelé de ses vœux François Pot.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui