Terra 18 avril 2019 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Production de blé bio : les meuniers ne dorment pas et cherchent du volume !

La demande de céréales bio est en plein essor et la culture du blé n'échappe pas à cette dynamique. Pour l'alimentation humaine, la culture en pur est préconisée. Le choix des variétés et du matériel de désherbage est alors primordial. C'était tout l'enjeu de l'après midi "bout de champ", organisée par la chambre d'agriculture, en partenariat avec l'Ufab, le 9 avril à Bazouges-la-Pérouse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une cinquantaine de personnes est venue participer à cette opération "bout de champ" consacrée au désherbage du blé en bio. D'autres rendez-vous bout de champ suivront jusqu'en juin.
Une cinquantaine de personnes est venue participer à cette opération "bout de champ" consacrée au désherbage du blé en bio. D'autres rendez-vous bout de champ suivront jusqu'en juin. - © Terra

Que ce soit pour l’alimentation humaine ou animale, la demande des céréales en agriculture biologique est en plein essor. Si l’association des céréales avec un protéagineux est souvent la garantie d’une culture plus facile à conduire, cette option est plus adaptée à la production d’aliments pour les animaux. Le marché de l’alimentation humaine, lui, est plus exigeant en termes de qualité, d’absence d’impuretés qui peuvent altérer le goût ou la couleur de la farine par exemple. Avec les difficultés de triage des associations, la culture d’une céréale en pur reste donc le moyen d’accéder au marché de l’alimentation humaine, souvent plus rémunérateur. Le choix de variétés spécifiques, des interventions mécaniques sont alors les clés essentielles pour atteindre le niveau de qualité requis.

Des outils innovants

Pour le désherbage, des outils innovants et polyvalents arrivent depuis quelques années en Bretagne. Pour son après-midi "bout de champ", la chambre d'agriculture avait invité les agriculteurs sur une parcelle de blé bio, chez Florent Isambard. Il s'est installé en 2017 et en cours de conversion. À la tête d'une exploitation de porcs bio, naisseur-engraisseur, l'éleveur admet que le passage en bio a chamboulé ses rotations. "Sur cette parcelle, j'ai fait du maïs il y a trois ans, puis de la féverole pour apporter de l'azote, et donc un semis de blé après un apport de fumier de porcs", explique le jeune agriculteur. Actuellement en conversion, il achète pour l'instant 100 % de ses céréales, avec l'objectif à terme d'intégrer ses récoltes dans ses rations.

"Les aléas climatiques de l'an dernier ont fait que la production de céréales en bio n'a pas été à la hauteur, surtout pour les céréales à pailles", souligne Soazig Perche, conseillère à la chambre d'agriculture. "Pour autant, le marché tire de toute part, avec en Bretagne des boulangers qui veulent du local et un réseau de petits moulins bio qui sont à la recherche de volume". En France, toutes céréales confondues, l'utilisation en meunerie a grimpé de 16 % l'an dernier et de 19 % pour la fabrication d'aliments du bétail. Pour l'alimentation humaine, la conduite du blé -et notamment le désherbage- est au centre des questions. "Le premier désherbage, c'est la rotation. Moins il y a de pression d'adventices, plus ce sera facile", témoigne David Bouvier, conseiller à la chambre d'agriculture, qui préconise d'allonger les rotations et d'alterner les cultures de printemps et d'hiver. La qualité du semis a aussi des incidences et, pour ce qui est du désherbage, le conseiller n'hésite pas : "Si on se pose la question,  faut-il que je fasse un passage, alors oui il faut le faire et même le plus tôt possible. Après, ce sont les fenêtres météo qui vont permettre de venir assécher les adventices que l'on a arrachées".

Démonstration de la roto étrille

Depuis quelques années, de nouveaux outils de désherbage mécanique ont été développés et sont désormais disponibles en Bretagne. Comme d'autres acteurs, l'entreprise de travaux agricoles Hervé, basée à Bazouges-la-Pérouse (35), a décidé d'investir dans le binage. "Au départ, j'étais indécis sur le choix du matériel entre une herse ou une houe, c'était avant de découvrir la roto étrille", confie Johann Hervé, à l'occasion d'une démonstration de son matériel, devant une cinquantaine d'agriculteurs. Et l'entrepreneur de travaux agricoles poursuit : "Le matériel de désherbage mécanique marche très bien quand les adventices sont au stade de filament. Il faut passer avant qu'elles soient trop enracinées. Ensuite, si besoin, on complète avec une bineuse". La roto étrille peut être passée à tous les stades, elle travaille le sol entre 1 et 3 cm de profondeur. "Elle permet de donner de l'avance à la culture", estime encore Johann Hervé. Sur la parcelle qui a servi de démonstration, deux passages de roto étrille ont été réalisés, ainsi qu'un passage en binage à cause du mouron. Les résultats sont visiblement satisfaisants et ces matériels sont de plus en plus recherchés. Reste toutefois à bien gérer les fenêtres météo -ce qui n'est pas toujours simple- et à respecter des règles précises de préparation du sol et de semis.

 

 

 

La roto étrille en démonstration à Bazouges-la-Pérouse.
La roto étrille en démonstration à Bazouges-la-Pérouse. - © Terra

Rendez-vous techniques grandes cultures bio

Vous êtes exploitant, salarié agricole en agriculture biologique ou conventionnelle, en réflexion sur une installation ? Ces rendez-vous techniques gratuits sont l’occasion de rencontrer d’autres producteurs et d’échanger avec eux et les conseillers des chambres d’agriculture sur la conduite des grandes cultures bio : Association céréales et protéagineux (début juin à Lamballe), démo matériel désherbage maïs (début juin) à Pluzunet, légumes plein champ (mi-juin) à Pleumeur-Gautier, désherbage mécanique (début juin) à la station de Trévarez, rallye cultures : lupin, soja (mi-juin) à Cast, désherbage mécanique sur maïs (mi-mai) à Piré-sur-Seiche, association céréales et protéagineux (début mai) à Plouay, rallye cultures : céréales protéagineux maïs (fin mai) à Sérent et Vraie Croix, essais soja (début juin) à la station de Kerguéhennec.


Plus d'info : Pour connaître les dates de ces rendez-vous bout de champ qui seront précisées dès que les conditions météorologiques seront favorables, et tout autre demande de renseignement sur les thèmes de chacune de ces opérayions, vous pouvez contacter le 02 96 79 21 66 ou consulter www.capbio-bretagne.fr


Thomas Méar, technicien cultures à l'Ufab.
Thomas Méar, technicien cultures à l'Ufab. - © Terra

Des essais avec l'Ufab

L'Ufab (Union française d'agriculture biologique), filiale de la coopérative Le Gouessant était le partenaire de cette opération "bout de champ" organisée par la chambre d'agriculture. À ce titre, des essais de différentes variétés de blé bio étaient présentés sur la parcelle. "L'Ufab fait des essais tous les ans pour proposer aux agriculteurs les variétés les plus adaptées à ce que les agriculteurs veulent en faire", souligne Thomas Méar, de l'Ufab. En l'occurence, il s'agissait ici d'essais très axés sur les variétés adaptées à la meunerie, avec un taux de protéine et un PS (poids spécifique) important. "Le blé, c'est toujours une histoire de compromis", ajoute Thomas Méar. Ainsi, il faut trouver le juste compromis entre le blé à fort potentiel de rendement (fourrager) et celui à fort potentiel de protéine (meunerie). À noter par ailleurs que l'Ufab investit dans la construction d'un nouveau silo de collecte à Châteaubourg, d'une capacité d'environ 15 000 m3 avec une vingtaine de cellules. L'investissement, à hauteur de 7 millions d'euros a reçu une aide de 725 000 euros de la Région et de 818 000 euros du Feader. "Ce nouvel outil va contribuer à développer la collecte de céréales bio sur le territoire et permettra de proposer une offre de collecte plus importante", conclut Thomas Méar.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui