Terra 17 novembre 2016 à 09h00 | Par Claire Le Clève

Qualité des eaux : du mieux mais doit mieux faire

La qualité des eaux morbihannaises progresse. Fruit d'un partenariat, les résultats des sept réseaux de suivi l'attestent. En 2015, 42 % des rivières affichaient un bon état écologique, 7 % de mieux qu'au précédent bilan. Mais il faudra encore progresser, pour atteindre les 66 % fixés pour 2021.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les résultats compilés de l'observatoire de l'eau ont été présentés jeudi dernier en préfecture
Les résultats compilés de l'observatoire de l'eau ont été présentés jeudi dernier en préfecture - © clc

 

La Misen (Mission Inter-services de l'eau et de la nature) a travaillé sur les années 2013 à 2015 pour dresser l'état des lieux de la qualité des eaux dans le Morbihan. Il a été présenté la semaine passé en préfecture avec l'édition de l'Observatoire de l'eau.

Les ulves présentes

Concernant l'état écologique, il s'agit de la dernière évaluation réalisée en 2015. Verre plein ou verre vide, 42 % des rivières affichent un bon état écologique. Corollaire, 58 % des masses d'eau mesurées sont déclassées par la biologie et les indicateurs poissons. En rivières, les nitrates, avec un seuil fixé à 50 mg/l, sont un facteur déclassant dans moins de 10 % des cas. Sur le littoral, les estuaires connaissent un développement d'algues vertes non sur les plages comme en Finistère ou Côtes d'Armor mais sur les vasières. Et les ulves sont un marqueur des apports en nitrates, pointe le rapport. Ainsi, le golfe du Morbihan, la ria d'Etel, la rade de Lorient, la rivière d'Auray et la baie de Vilaine sont déclassés en raison de ces échouages. Quant aux quatre plans d'eau suivis, lac au Duc, étang de Noyalo, Étang du pont de fer et retenue d'Arzal, ils sont également déclassés du fait de prolifération phytoplanctoniques liés à l’excès de phosphore en particulier.

Plans d'actions

Pour arriver rapidement à 55 % des masses d'eau en bon état écologique, 11 cours d'eau vont être ciblés et 145 millions d'euros engagés dans un plan d'actions opérationnel territorialisé (PAOT).

Une chose est sûre, "si la qualité de nos cours d'eau et de nos nappes souterraines s'améliore grâce aux plans d'action déjà mis en place, la qualité des eaux littorales doit continuer à faire l'objet d'une attention particulière", a insisté Raymond Le Deun, préfet du Morbihan, encourageant chacun à poursuivre les efforts entrepris, porteurs de résultats à confirmer.

Claire Le Clève

L'observatoire de l'eau 2013-2015 est à consulter sur le site internet www.morbihan.gouv.fr/
onglet : publication / toutes les publications /publication des services "observatoire de l'eau".

Nitrates

L'évolution de la concentration des nitrates dépend en partiede l'équilibre entre la fertilisation et la consommation des cultures. Parmi les paramètres physico-chimiques, ils restent les plus pénalisants pour la qualité des cours d'eau morbihannais relève l'observatoire. Une "qualité qui pèse également sur les masses d'eau littorales pour le développement des ulves". Cependant, leurs concentrations moyennes annuelles confirment la tendance à la baisse, et une amélioration constante passant de 52 mg/l en 1998 à 33 mg/l en 2015. Aucune non conformité n'a été observée depuis 2010 même si "trois prises d'eau de l'Oust ont dépassé la valeur de 40 mg/l en 2015. Les efforts engagés doivent être poursuivis ", insistent les rapporteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes