Terra 03 mai 2019 à 08h00 | Par Jean Dubé

Quel projet pour l'Europe et la PAC ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jeremy Decerle.
Jeremy Decerle. - © Terra

Renaissance : Jeremy Decerle

"Faire de l'agriculture un secteur stratégique"

Même si, pour l’ancien président des Jeunes Agriculteurs, il est encore impossible de dévoiler le contenu précis du programme de sa liste, l’éleveur de Saône-et-Loire assure que la réforme de la PAC fera partie des points importants : "Rétablir des objectifs clairs à la PAC pour redonner de l’attractivité au métier et permettre à l’Europe de faire de son agriculture un secteur stratégique". Pour que le soutien aux agriculteurs soit plus "efficace, plus pertinent et mieux compris", Jérémy Decerle estime qu’il doit se réorienter vers les activités humaines, et ne plus se baser sur les hectares exploités. "Nous devrons redéfinir ce qu’est un actif agricole, et se baser sur trois critères : les capacités agricoles adéquates, le temps passé à l’activité agricole, et les revenus à en tirer". Des critères qui permettraient d’exclure un certain nombre de bénéficiaires de la PAC. "La reine d’Angleterre et le Prince de Monaco n’ont pas à bénéficier de la PAC…" Jérémy Decerle cite plusieurs dispositifs mis en place aux États-Unis, qui pourraient inspirer la réforme. "Pour la gestion des risques, le principe des aides contra-cycliques fonctionne et permet une meilleure résistance aux chocs économiques". Le Farm Bill et les 80 % de son budget consacrés à l’alimentaire semblent trouver grâce à ses yeux. "Leur modèle n’est pas parfait, mais on peut s’en inspirer". Il détaille un nécessaire protectionnisme, qui passerait par une "meilleure structuration des filières", à relier aux États généraux de l'alimentation. Pour le candidat, la réforme doit permettre de rendre la PAC plus acceptable. "Il faut lui donner un angle plus sociétal, à la fois en parlant de l’environnement et de l’écologie, mais aussi du volet alimentaire. Alors, oui, nous parlerons de verdissement, mais en lui donnant du sens. La transition écologique doit s’entreprendre sans oublier de garantir des revenus aux agriculteurs". Sur l’alimentaire, il estime que "quand un milliard de personnes crèvent de faim, on ne peut pas laisser spéculer sur l’alimentaire".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Infos techniques terra sur Synagri

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui