Terra 08 décembre 2017 à 08h00 | Par André Sergent, président de la chambre d’agriculture du Finistère

Reconversion professionnelle : les agriculteurs doivent être accompagnés comme les autres

Abonnez-vous Réagir Imprimer
André Sergent, président de la chambre d’agriculture du Finistère
André Sergent, président de la chambre d’agriculture du Finistère - © Terra

Nous sommes, en cette fin d’année, en droit d’attendre beaucoup des États généraux de l’alimentation, notamment pour une meilleure répartition de la valeur en faveur de nos productions. Mais nous savons aussi que nous ne pouvons pas tout attendre de l'Etat. Nous devrons continuer à tout mettre en œuvre, au quotidien, pour faire face à la difficile réalité de nos marchés.

Force est de constater que les agriculteurs ne comprennent plus -quel que soit l’équilibre de ces marchés- l’absence de retours réels en termes de prix et de revenus agricoles. C'est malheureusement ce qui explique trop souvent la démobilisation et certains désespoirs sur le terrain. La crise traversée par certaines filières agricoles depuis plusieurs années a généré de nombreux revers, nécessitant de multiples mesures d’accompagnement et dispositifs de soutien.

Ces mesures se sont avérées une nouvelle fois insuffisantes pour compenser l’absence de prix.

Face à cette situation, de plus en plus de producteurs "jettent l’éponge" et veulent changer de métier, malheureusement.

Ils le font rarement de façon choisie mais le plus souvent subie, du fait de la charge de travail, du manque de revenu, du manque de reconnaissance pour leur métier "d’agriculteur", dont la mission et la responsabilité collective est -rappelons-le- de nourrir nos concitoyens.

A l’heure où certains s’engagent dans la voie de la reconversion, nous avons collectivement le devoir de trouver les moyens de mieux les accompagner, dignement, vers une nouvelle expérience professionnelle, avec un filet minimum de sécurité financière.

Un projet pour mieux accompagner la cessation d’activité et la reconversion est en cours d’expérimentation, en Bretagne, avec nos partenaires institutionnels. Il vise à créer d’une part, un meilleur accompagnement financier et, d’autre part, à contribuer à instaurer un véritable "contrat de sécurisation professionnelle" mieux accompagné et personnalisé.

Ce projet donnerait accès, pendant une durée d’un an, à une ressource minimale insaisissable. Il vise ainsi à faire bénéficier aux exploitants agricoles en reconversion des mesures de "droit commun" auxquelles peut prétendre n’importe quel salarié licencié pour raison économique. Il s’agit, simplement, de donner aux exploitants agricoles les mêmes droits que les salariés, la même considération, le même soutien dans ces périodes difficiles et fragiles de reconversion et de reconstruction économique et sociale. Cet accompagnement s'avère à postériori positif dans la plupart des cas.

Ce projet expérimental devrait être opérationnel sur l’un de nos territoires dès janvier 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui