Terra 08 juin 2017 à 08h00 | Par François-Xavier Simon, Agra

Règlement omnibus : "une réforme à mi-parcours de la PAC par la force des choses"

Les négociations qui vont s'ouvrir sur le règlement financier "omnibus" ont certes pour but de simplifier la PAC, mais également de l'améliorer "dans le cadre de ce qui est devenu par la force des choses une réforme à mi-parcours", affirme dans un entretien avec Agra l'eurodéputé Michel Dantin, l'un des auteurs des nombreux amendements à ce projet que la commission de l'agriculture du Parlement européen compte défendre lors des pourparlers avec le Conseil de l'UE et la Commission de Bruxelles. Et ce d'autant plus, avance-t-il, que "l'impact budgétaire du Brexit risque de retarder la préparation de la prochaine PAC".

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Dantin, Eurodéputé, membre de la commission agricole du Parlement européen
Michel Dantin, Eurodéputé, membre de la commission agricole du Parlement européen - © Gabriel Omnès

Quels sont, selon vous, les amendements les plus importants apportés par la commission de l'agriculture du Parlement européen au projet omnibus ?

Michel Dantin. La commission agriculture a souhaité apporter des réponses concrètes aux difficultés qui ont touché les agriculteurs depuis 2013 et à la nécessité de permettre au monde agricole de faire face aux risques climatiques, sanitaires et économiques qui affectent leur production. En cela, je me suis particulièrement battu pour améliorer les outils de gestion des risques et de crises ainsi que pour renforcer la position des agriculteurs au sein de la chaîne d'approvisionnement.

Sur ce dernier point, nous proposons de clarifier les liens entre organisations agricoles, négociations collectives et application du droit de la concurrence. Les organisations de producteurs (OP) sont replacées au centre des dérogations à l'application du droit de la concurrence aux marchés agricoles prévues par l'article 42 du TFUE (Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne). Les agriculteurs qui souhaitent s'organiser et créer des structures à vocation économique en mettant en commun des moyens de production, pourront en effet bénéficier d'une reconnaissance automatique et d'une exemption clarifiée en matière du droit de la concurrence. En outre, pour favoriser la structuration progressive des filières, le paquet lait de 2012 est prolongé et étendu aux autres secteurs agricoles, via la création de nouvelles structures légères, nommées "organisations de négociations". Nous proposons également d'améliorer les rapports au sein de la chaîne d'approvisionnement en donnant aux agriculteurs, via leurs organisations, la possibilité de négocier avec les industriels et les distributeurs des clauses de partages d'évolution de la valeur ajoutée. Enfin, nous appelons solennellement la Commission européenne à proposer d'ici mi-2018 un cadre législatif pour lutter contre les pratiques commerciales déloyales.

 

Ne craignez-vous pas que la difficulté de négocier tous les amendements apportés par la commisson agricole du Parlement europeéen retarde la mise en œuvre des simplifications de la PAC envisagées dans le projet omnibus ?

M.D. Lorsqu'il y a une volonté, il y a un chemin. La négociation dépendra de la volonté de chacun de répondre à une attente profonde des agriculteurs. Le Parlement européen l'a ! Chaque institution a néanmoins sa position et ses priorités, c'était déjà le cas durant la négociation de la dernière PAC. La Commission européenne souhaite s'en tenir à son mandat mais me paraît plutôt ouverte à mes propositions. Je crois que le commissaire Phil Hogan a conscience de l'opportunité politique que constituent certaines des propositions du Parlement européen et ce d'autant plus que l'impact budgétaire du Brexit risque de retarder la préparation de la prochaine PAC.

 

Et le Conseil... ?

M.D. Le Conseil et les États membres adoptent aujourd'hui une attitude plus réservée sur certaines propositions du Parlement européen, notamment vis-à-vis des modifications du régime des aides directes et du verdissement. Je peux le comprendre car ces mesures auraient un impact important sur la mise en œuvre de la PAC. Néanmoins, je crois que sur d'autres propositions, des points d'accord sont possibles. C'est pourquoi, je ne crois pas à un retard des négociations, nous allons travailler avec l'équipe de négociations d'arrache-pied pour rapprocher les positions. Dans un contexte de montée de l'euroscepticisme au sein du monde agricole, nous avons conscience au Parlement européen de la responsabilité qui nous incombe de simplifier mais également d'améliorer la PAC dans le cadre de ce qui est devenu par la force des choses une réforme à mi-parcours.

 

 

 

Trilogue

Les commissions du budget et du contrôle budgétaire du Parlement européen ont adopté le 30 mai, par 29 voix contre une et 13 abstentions, leur rapport et leur demande de mandat pour les négociations avec le Conseil des Vingt-huit et la Commission de Bruxelles (appelés trilogues) sur le règlement dit omnibus présenté dans le cadre de la révision du cadre financier 2014-2020 de l'Union. Elles y ont inclus la longue série d'amendements au projet de la Commission votée par les eurodéputés "agricoles". Député européen français du groupe Parti populaire européen, Michel Dantin est l'un des auteurs de ces amendements.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui