Terra 05 juin 2019 à 14h00 | Par Agra

Rentabilité en hausse pour LDC, qui poursuit sa croissance externe

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’Autorité de la concurrence a donné, le 23 mai, son feu vert "sans condition" au rachat par LDC des deux abattoirs de Volailles Rémi Safron et de sa filiale Sofral. "Les éleveurs ne verront pas leurs conditions commerciales se dégrader", estime le gendarme de la concurrence, pour qui cette opération "contribuera à accroître la production de volailles françaises". Les deux sites mayennais rejoindront donc le giron du n° 1 français de la volaille (marques Le Gaulois, Maître Coq et Fermiers de Loué). C’est justement la croissance externe qui a gonflé les résultats du groupe en 2018-2019 : le 22 mai, LDC a annoncé un bénéfice en hausse de 5,7 % à 149 M€. Une croissance portée par les ventes du pôle "volailles France" (+7 % à 3,1 Mds €) et à l’international (+30 % à 353,2 M€). En 2018, LDC a racheté une partie de Doux, ainsi que l’entreprise hongroise Tranzit (canards et oies). Le leader français a atteint son objectif annoncé il y a quatre ans de produire 450 000 poulets supplémentaires par semaine. "J’espère qu’on va continuer de croître sur le continent européen", a indiqué le 22 mai Denis Lambert, président de LDC, sans préciser sa future cible.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui