Terra 06 mars 2014 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

Réunion locale de la caisse "Vaches à Haut Potentiel"

L'assemblée générale de la caisse locale Vaches à haut potentiel (VHP) du GDS 35 s'est déroulée le 18 février dernier. L'occasion de faire le point sur les adhésions et les sollicitations de cette caisse dont l'objectif est d'apporter une indemnisation complémentaire pour les animaux abattus pour raison sanitaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'assemblée générale de la caisse VHP a eu lieu le 18 février dernier.
L'assemblée générale de la caisse VHP a eu lieu le 18 février dernier. - © A.M

Mise en place dans les Côtes d'Armor dès 1985, l'action VHP s'est depuis régionalisée (NDLR depuis 2011 en Ille-et-Vilaine) et concerne désormais toutes les races.
"L'objectif est de mieux indemniser les animaux lors d'événements sanitaires à partir d'un barème d'estimation basé sur leur index individuel. Pour y adhérer, il faut donc être adhérent à l'organisme de sélection et au GDS", a rappelé Laurent Cloastre du GDS 35 et animateur de la caisse VHP. La caisse est commune à toutes les races et, si le fonctionnement est régionalisé, la gestion financière, elle, reste pour le moment départementale. La cotisation est établie en fonction de l’index moyen du troupeau (Isu ou Ivmat) et basée sur le nombre de bovins inscrits à l’OS. En Ille-et-Vilaine, les adhésions sont moins nombreuses que dans les autres départements bretons, les responsables de la caisse locale ont donc décidé d'orienter leur communication vers une démarche individuelle qui s'est traduit par une sensibilisation des nouveaux adhérents OS.

Toutefois, à ce sujet, les responsables de la caisse VHP s'interrogent sur l'opportunité d'ouvrir les adhésions aux non adhérents des OS. Côté sollicitations, après une année "difficile" en 2012 sur la tuberculose, 2013 a été rassurante. Concernant la paratuberculose, un nouveau plan de maîtrise a été mis en place avec plutôt moins d'abattage en 2014 par rapport à 2013, alors que pour la BVD, c'est la stabilité avec environ une centaine de plans engagés par an depuis 2011. Sur la maladie de Schmallenberg, nouvellement couverte par les caisses, la difficulté réside dans le fait qu'elle soit vectorielle. "Dans le cadre de la surveillance de la forme congénitale, 95 élevages ont déclaré la naissance d'au moins un veau présentant des malformations typiques du virus", a souligné Laurent Cloastre. Et d'ajouter : "la plupart des déclarations ont été faites au début de l'année 2013, ce qui correspond à une circulation massive du virus à la fin de l'été et au début de l'automne 2012. A noter pour les éleveurs qui souhaitent adhérer à la caisse VHP, comme indiqué dans le règlement, en cas de non-réponse à une proposition d'adhésion dans un délai de six mois, l'éleveur est considéré comme non-adhérent. La demande d'adhésion ultérieure sera prise en compte après examen de la situation sanitaire de l'élevage".

Un premier cas de besnoitiose
La besnoitiose bovine est une maladie vectorielle émergente en forte progression en France avec un gradient sud-nord. Elle atteint de nouvelles zones par l’introduction de bovins infestés. Un premier cas a été déclaré dans le département, ce qui a conduit les GDS de Bretagne a lancé un plan de surveillance de cette pathologie qui peut dans certains cas se révéler très grave et très rebelle à toute action action sanitaire. La question de la prise en compte de cette maladie par la caisse VHP est donc posée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui