Terra 12 septembre 2018 à 15h00 | Par Chantal Pape

Saisonniers : la FDSEA dénonce la suppression des exonérations de charge

Comme elle souhaite le faire avec l'ensemble des parlementaires dans les semaines à venir, la section employeurs de la FDSEA a rencontré Sandrine Le Feur le 7 septembre dernier pour évoquer la suppression des exonérations de charge pour les travailleurs saisonniers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après avoir rencontré Didier Le Gac le 4 septembre dernier, la section employeurs de la FDSEA a alerté Sandrine Le Feur sur les conséquences désastreuses de la suppression des exonérations travailleur occasionnel pour les exploitations légumières, les pépiniéristes, horticulteurs...
Après avoir rencontré Didier Le Gac le 4 septembre dernier, la section employeurs de la FDSEA a alerté Sandrine Le Feur sur les conséquences désastreuses de la suppression des exonérations travailleur occasionnel pour les exploitations légumières, les pépiniéristes, horticulteurs... - © FDSEA29

C'est une disposition du projet de loi de financement de la sécurité sociale qui a mis le feu aux poudres ! "Elle prévoit, d'ici le 1e janvier 2019, la suppression des exonérations de charges patronales pour l'embauche de travailleurs occasionnels", explique Benoît Tanguy, le président de la section employeurs de la FDSEA. Une exonération qui bénéficie aujourd'hui à tous les producteurs de légumes, conventionnels ou bio, aux horticulteurs, pépiniéristes, arboriculteurs, viticulteurs… "Elle avait été obtenue afin réduire les écarts entre les coûts de la main d’œuvre en France et dans d’autres bassins de productions européens".

Sa suppression se traduira par une hausse brutale des charges de main d’œuvre, que la FDSEA chiffre à près de 200 € par salarié et par mois. "A l’échelle du Finistère les pertes pour les exploitations atteindront 6,5 millions d’€". Et la section employeurs de dénoncer "une amplification du manque de compétitivité sur des marchés déjà compliqués, une délocalisation des productions induisant une fragilisation du tissu économique local, une accélération de la disparition des exploitations et le développement du travail dissimulé". De leur côté, les salariés n'en tireront aucun bénéfice financier. "Et il est à craindre une diminution des embauches et une perte de pouvoir d’achat par un tassement des salaires", détaille la section employeurs, qui demande aux parlementaires "de se mobiliser pour contrer ce projet".

La mise en place du prélèvement à la source, au 1e janvier prochain, inquiète aussi les employeurs. "Dans nos entreprises, qui n'emploient souvent qu'un ou deux salariés, nous craignons que devenir percepteur à la place de l'Etat n'entraîne une mauvaise ambiance". Une obligation qui vient encore se rajouter aux nombreuses contraintes. "La DSN s'est mise en place il y a deux ans. Simplification administrative... pour l'administration peut-être, sûrement pas pour l'employeur !"

Enfin, la FDSEA a tenu à alerter la députée sur une dérive constatée ces derniers mois. "Les abandons de poste à l'initiative du salarié sont de plus en plus nombreux. Et c'est sur les conseils de Pôle emploi qu'ils reviennent à la charge pour demander leur requalification auprès du même employeur qui s'est retrouvé devant le fait accompli en pleine saison !".

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui