Terra 24 août 2017 à 08h00 | Par Hélène Bonneau

Space 2017 : les signes de la reprise ?

Cette nouvelle édition du Space, qui se tiendra du 12 au 15 septembre prochains à Rennes oscille entre tradition et renouveau. Marcel Denieul, président du salon et Anne-Marie Quéméner, commissaire générale, s’attardent sur le renforcement de notoriété du salon et son empreinte dans la réalité des filières d’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tribune politique hors-norme, le Space est devenu au fil des ans la caisse de résonance de la rentrée agricole. (© Terra) Anne-Marie Quéméner, commissaire générale du salon. © Terra Marcel Denieul, président du salon. © Terra

Nous sommes le reflet, en temps réel, de la conjoncture des filières d’élevage. Cette année, nous avons très tôt ressenti un réel dynamisme, une ambition de nos exposants avec des demandes d’espace en augmentation pour une meilleure valorisation des produits, une recrudescence des conférences techniques… C’est le signe que le Space bénéficie d’une place privilégiée dans l’agenda des acteurs de l’élevage", se félicite Anne-Marie Quéméner. Un dynamisme qui se ressent aussi en chiffres, avec pas moins de 1 435 exposants dont 494 entreprises internationales annoncés à la fin août. La filière volaille est très largement représentée et souhaitait globalement être plus présente sur le salon. Le signe d’un renouveau pour les aviculteurs et d’une recherche de solutions techniques pour les poules pondeuses en cages, vers des adaptations potentielles en volière. Afin de satisfaire les demandes des équipementiers, les organisateurs ont pris la décision de "pousser les murs" et d’augmenter la surface de l’aire libre. Le président du Salon, Marcel Denieul, se veut serein sur la tenue de cette nouvelle édition. Heureux de la présence des exposants, il laisse aussi une place prépondérante à la situation des éleveurs. Il revient sur la résilience des agriculteurs face aux crises successives qu’ils traversent et leurs capacités à se réinventer : "Le Space, c’est là où l’on voit la météo des filières, de part l’engouement des exposants et la typologie des visiteurs". Et d’ajouter : "Il me semble que l’avenir des filières d’élevage sera lié à la capacité des éleveurs à poursuivre leurs activités que ce soit sur un plan économique et humain. Si les éleveurs de l’Ouest ont des atouts, ces mouvements de fond peuvent être déconcertants, il faudra avoir les reins solides et la tête saine en ne restant pas isolé".

La profession s'exprime

Tribune politique hors-norme, le Space est devenu au fil des ans la caisse de résonance de la rentrée agricole. Si la présence de Stéphane Travers, ministre de l’agriculture est annoncée, Emmanuel Macron, dont la venue avait été fort remarquée l’an dernier (alors qu'il ne s'était pas encore officielement déclaré candidat à la présidence de la république), n’a pas encore rendu réponse. Qu’il soit présent ou non, la profession par la voix de Marcel Denieul s’exprime clairement : "élu sur un projet, il doit prendre la mesure de l’agriculture sur l’économie française (balance commerciale, agro-équipements, vitalité des territoire…) et donner un cap. Nous pouvons être en désaccord, mais il faut être clair sur les objectifs et les moyens d’y parvenir". Par ailleurs, la journée du jeudi au salon portera haut les débats agricoles avec la conférence de Breizh Alim’ qui souhaite inviter les acteurs des collectivités territoriales afin de leurs faire découvrir le Space et les inciter à favoriser les circuits longs. En soirée, la FRSEA et les JA Bretagne prendront place pour évoquer le "manger français" et plus généralement les enjeux des États Généraux de l’alimentation. "Vecteur de messages, en septembre, le Space est au coeur des enjeux fondamentaux pour la profession. Si le salon peut apporter des solutions, améliorer l’image de l’agriculture et faire le lien entre production, alimentation, distribution et consommation, alors nous auront rempli une bonne part de notre mission", encourage Anne-Marie Quemener.

L'international en hausse

Si 2016 avait cumulé les difficultés d’accueil des visiteurs étrangers (fête de l’Aïd, concurrence européenne, actes terroristes sur le sol français et renforcement des contrôles), 2017 s’annonce sous de très bons auspices pour les délégations étrangères. Les officiels d’Irlande, des Pays-Bas, le consulat des USA se sont déjà pré-inscrits et les délégations africaines ne sont pas en reste. Le Nigéria qui s’apprête à enregistrer une naissance mondiale sur 10 d’ici 2050 viendra chercher des pistes pour nourrir sa population, et le ministre de l’élevage et de la pêche du Mali et des représentants de la Côte d’Ivoire fouleront également les allées du salon ou du centre des affaires BtoB à la recherche de solutions innovantes pour leurs pays respectifs.

 

Un eSpace pour demain

Toujours en quête de renouveau et de modernisme, le Space a souhaité donner un nouvel élan à la plate-forme recherche et développement créée en 1993 en la rebaptisant "eSpace pour demain". Outre le changement de nom, la volonté des organisateurs est bien de valoriser cet espace, de le rendre plus attractif pour le visiteur avec plus d’animations, plus d’échanges… Plus ludique, cette vitrine d’une agriculture moderne, accueillera des démonstrations, des animations vidéo et même un petit robot qui interviendra auprès du public ! Un choix audacieux qui se combine parfaitement avec la thématique choisie pour 2017 : la robotique.


Les start'up à l'honneur

Depuis quelques années, le Space à vu débarquer bon nombre de start’up du numérique présenter des solutions innovantes à des agriculteurs toujours curieux de la nouveauté. Depuis trois ans, la plate-forme Agrétic (solutions numériques pour la filière agricole), sélectionne les meilleurs projets pour demain… Un petit détour lors de votre passage ? Rendez-vous au hall 4, allée B, stand 45 et sur la plate-forme eSpace pour demain.

 

Un livre témoignage

Se moderniser dans la continuité pourrait être le crédo de la planète élevage. Tant et si bien qu’après plus de 30 ans d’existence du Space, ses organisateurs ont souhaité écrire une page de cette histoire après l’avoir tant racontée. "Nous sortons pour cette édition 2017 un livre rétrospective sur notre histoire avec le témoignage de ceux qui étaient là au commencement et qui peuvent encore en parler. C’est aussi un livre hommage que nous avons voulu construire, pour ceux qui ont voulu, pour ceux qui ont créé et pour ceux qui poursuivront encore longtemps l’aventure du Space", témoigne Anne-Marie Quéméner.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui