Terra 28 août 2015 à 08h00 | Par Hélène Bonneau

Space : une 29e édition sur fond de crise

L'édition 2015 du Space - du 15 au 18 septembre à Rennes - sera une nouvelle fois celle de tous les records, que ce soit en surface d'exposition, en nombre d'exposants ou de délégations étrangères. Marcel Denieul, président et Paul Kerdraon, directeur du salon, estiment atteindre les limites physiques du développement mais sont convaincus que l’intérêt du Space réside plus dans sa technicité et son innovation que dans sa surface au sol.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Marcel Denieul et Paul Kerdraon président et commissaire général du Space.
Marcel Denieul et Paul Kerdraon président et commissaire général du Space. - © terra

Le Space va se dérouler dans un contexte agricole très tendu. Comment l'appréhendez-vous ?

Marcel Denieul. Nous sentons une très forte nervosité. La conjoncture est dégradée dans trois filières d'élevage, en porc, lait et viande bovine. Le Space est un salon de production animale, situé en zone d'élevage alors que les éleveurs vivent mal la période. Je comprends que les agriculteurs souhaitent utiliser la renommée du salon pour faire passer leur message. Cependant, il faut éviter tout débordement. Se défouler sur le Space ne réglera pas le problème.

Paul Kerdraon. Le Space est une caisse de résonance et sera un événement majeur de la rentrée agricole. Il me semble évident que la situation des filières sera sur le devant de la scène. Nous pouvons penser que les élus seront interpellés sur ces questions mais il me semble difficile de croire que certaines annonces pourront attendre le Space. Au vu de la mobilisation, des décisions se prendront probablement avant la mi-septembre.

Cette conjoncture difficile des filières d'élevage a-t-elle un impact sur le taux de remplissage des stands ?

PK. Les stands se réservent quasiment d'une année sur l'autre. Même en temps de crise, les entreprises souhaitent être présentes pour répondre aux éleveurs. S'il peut y avoir quelques fluctuations, nous ne notons pas de signal fort du côté des exposants. Par exemple, dans l'équipement bovin sur le secteur laitier, nous avons octroyé 300m2 supplémentaires. L'annulation d'un stand est très rare. La dernière fois, c'était le groupe Doux en 2012, en plein cœur de la crise avicole. Aujourd'hui, ils ont retrouvé leur surface historique.

MD. Les éleveurs n'investissent pas toujours en fonction de la conjoncture actuelle. Ils pensent à l'avenir. En porc, le matériel use assez rapidement, il y a nécessairement du renouvellement, en lait, les investissements se réfléchissent sur du long terme. Nous permettons aux visiteurs de voir une offre très complète et ce dans tous les domaines de l'élevage.

Aujourd'hui, quelle place tient l'international au Space ?

PK. En 2014, le salon a accueilli plus de 13300 visiteurs étrangers. Un chiffre qui devrait encore augmenter en 2015, les années impaires étant moins concurrentielles (Eurotier se tient tous les deux ans).

MD. Si les contrats amorcés au Space sont tenus secrets, plus de 50 % des visiteurs étrangers mettent plus en avant l'intérêt de trouver des partenaires commerciaux et de rencontrer des exposants précis. Si les filières avicoles et laitières sont les plus prisées, plus de la moitié des visiteurs étrangers sont à la recherche d'innovation sur l'alimentation et la santé animale. C'est aussi la preuve que les produits présentés font partie des meilleurs au monde.

C'est la 20e année des Innov'Space, qu'est-ce que cela vous inspire ?

MD. Les éleveurs qui visitent le salon sont à la recherche de nouveautés. Les Innov'Space qui trônent sur les stands ne trompent pas. Quand les premières vaches ont été traites par un robot au Space pour une démonstration, cela semblait presque irréel. Aujourd'hui, les robots de traite sont dans bon nombre d'exploitations. C'est une belle récompense de voir les entreprises réserver leurs avant-premières au jury des Innov'Space.

PK. Nous sommes très heureux que le salon soit un lieu d'innovation. Les Innov'Space sont la démonstration de ces initiatives, qu'elles viennent de la PME bretonne ou de la multinationale. Ces outils toujours plus performants sont la clé du maintien de la compétitivité des élevages.

Selon vous, que recherche le visiteur du Space ?

MD. C'est d'abord l'occasion d'avoir un contact avec leurs acheteurs, leurs fournisseurs et les autres collègues éleveurs. Si les échanges sont souvent un moyen de trouver des solutions techniques, le salon est aussi un moment pour se ressourcer, pour recharger les batteries.

Une vente multi-races Elite 100 % génomique

Le Space organise la première vente multi-races 100 % génotypées. Toutes les races laitières, la Limousine et la Charolaise seront représentées. À la grande surprise des organisateurs, il y a eu beaucoup de demande. "Certains éleveurs ont fait génotyper leur animal pour pouvoir y participer", assure Jean-Yves Rissel, responsable des concours du Space. Un choix ambitieux qui "permet de défendre collectivement l'évolution des animaux dans nos élevages".


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui