Terra 04 juillet 2014 à 08h00 | Par Audrey Dibet

Tous à la ferme : plus de 15 000 visiteurs

Au total, 15 000 personnes se sont déplacées en famille sur les 27 fermes bretonnes qui ouvraient leurs portes le 29 juin dans le cadre de la 2e édition de Tous à la ferme, l’opération phare d’Agriculteurs de Bretagne, dont l’objectif est de renforcer les liens entre les agriculteurs et le grand public.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Affluence dans un élevage de poules pondeuses. © Terra Rapprocher la population bretonne de son agriculture est un objectif de l’opération. © Terra Entreprises partenaires et agriculteurs se sont fortement mobilisés pour accueillir et guider bénévolement les nombreux visiteurs, en moyenne 500 par exploitation. Ici chez Sylvain Larvor, éleveur laitier à Plouedern (29 © Terra

La grande diversité des productions bretonnes était représentée au travers de ces portes ouvertes sur les quatre départements. L’opération a permis au public de découvrir - ou redécouvrir - le fonctionnement d’une exploitation, d’informer sur les pratiques agricoles. "Ces échanges nous confirment l’attachement profond des Bretons à leur agriculture, souligne Danielle Even, présidente d’Agriculteurs de Bretagne. En ouvrant leurs portes, agriculteurs et agricultrices ont une nouvelle fois prouvé qu’ils sont dignes de la confiance qui leur est accordée. Ces portes ouvertes nous permettent de montrer la modernité de notre métier et toute l’importance que nous accordons à la qualité de nos produits et à la prise en compte de l’environnement". Un moyen également pour les organisateurs de faire reconnaître la contribution de l’agriculture au développement régional.

Affluence dans un élevage de poules pondeuses

Un élevage de poules pondeuses en pleine production ouvert au public, c’est exceptionnel. L’affluence fut à la hauteur, avec pas moins de 1 000 personnes dimanche dernier chez Roland Le Moignic à Naizin dans le Morbihan. Les Bretons y ont découvert un élevage moyen breton en production d’oeufs standards : ici, 72 000 pondeuses dans des cages aménagées "bien-être", conditionnement robotisé des œufs en palettes... Une extrême modernité qui aura certainement changé le regard du public sur le métier de "paysan".

Aidé de son groupement et des agriculteurs voisins, l’éleveur s’est donc beaucoup investi pour préparer l’évènement. Malgré toutes les précautions prises, "on prend un gros risque sanitaire", remarque-t-il, alors que ses poules ne sont qu’en milieu de ponte. Mais ouvrir ses portes, montrer la réalité d’un élevage, est sans doute la meilleure réponse aux pressions des associations welfaristes, dans un contexte médiatique actuellement très tendu avec L214.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui