Terra 28 mars 2019 à 11h00 | Par Claire Le Clève

Tout internet, l'association des salariés s'interroge

A l'heure de la dématérialisation de son bulletin de liaison qui vient de fêter son 100 me numéro, l'association des salariés du Morbihan s'est interrogée, vendredi dernier, lors de son assemblée générale à Locminé. Autre sujet d'actualité, l'agribashing qui touche aussi de plein fouet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Agribashing et dématérialisation du support d'informations ont fait débat lors de l'assemblée générale de l'association des salariés agricole, avec Jean-Luc Hilary et Eric Passetemps.
Agribashing et dématérialisation du support d'informations ont fait débat lors de l'assemblée générale de l'association des salariés agricole, avec Jean-Luc Hilary et Eric Passetemps. - © Claire Le Clève

Deux fois par an, par voie postale, cette mine d'informations commune aux 5 800 salariés de la production agricole du Morbihan, arrivait au domicile de chacun d'eux. Cet ex-feuillet de quatre pages vertes, trait d'union d'une profession souvent isolée, leur parviendra désormais par voie de mail. Une dématérialisation envisagée par la MSA par souci d'économie.

Moyens en baisse, besoins en hausse

Un faux problème pour l'association, "le prix de la maquette restera inchangé. On perd les tarifs avantageux du routage en grand nombre pour celui élevé d'envois aux salariés non équipées ordinateurs ou mal desservis par les réseaux et c'est la grande inégalité de nos campagnes. Le mieux semble être l'ennemi du bien" a déploré Jean-Luc Hilary, président. Il regrette que face à la hausse constante du nombre de salariés de la production, (passés de 2 500 à 5 800), "les subventions apportées à l'association baissent année après année". Et Eric Passetemps, président national de l'association des salariés, d'enfoncer le clou : "l'enveloppe pour le développement des salariés, on ne sait pas ou elle passe malgré l'affichage et les discours".

Malaise général

"Je n'ose même plus dire que je suis salarié dans un élevage porcin", témoignait dans l'assistance, l'un des adhérents. Et c'est aussi la conséquence de l'agribashing qui touche la profession agricole, y compris ses salariés, dont l'association a choisi de débattre, "On est très mal vus dès qu'on sort le pulvé... On se retrouve pris à parti lors des repas de famille, avec les amis", témoigne un autre, résigné. Pour tous, le malaise est bien palpable. "Positiver en expliquant qu'un métier qui nourrit la population est noble", est l'une des pistes abordées lors du débat pour modifier la perception et argumenter.

Claire Le Clève

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui