Terra 04 janvier 2019 à 08h00 | Par Delphine Grosbois

Trackers OKWind : auto-consommer l'énergie solaire

Produire de l'électricité et l'auto-consommer grâce à des trackers solaires : un nouveau moyen pour maîtriser les charges énergétiques de l'exploitation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les deux trackers ont été installés au plus près des bâtiments de production mais à plus de 80 m de distance d’une source d’ombre en axe est-ouest et à 35 m en axe nord-sud.
Les deux trackers ont été installés au plus près des bâtiments de production mais à plus de 80 m de distance d’une source d’ombre en axe est-ouest et à 35 m en axe nord-sud. - © Terra

Avec l'arrêt des tarifs EJP, la facture d'électricité de l'élevage de porcs (320 truies, naisseur-engraisseur) de la SCEA des Guilmardières, à Joué-en-Charnie (72), a augmenté de 10 000 €. Une somme qui a fait réfléchir les deux frères associés, Bertrand et Romuald Rouillard, sur la façon de réduire leurs coûts énergétiques. Réinvestir dans des panneaux photovoltaïques -ils en ont déjà posé sur un hangar de stockage-, ne leur semblait pas aujourd'hui économiquement pertinent et la méthanisation est un projet, en cours, mais long à mettre en œuvre. "En revanche, le tracker solaire n'est pas un investissement risqué et il est simple à installer", expliquent les producteurs qui ont choisi de travailler avec la société OKWind (encadré).

Basé sur le fonctionnement du tournesol, le tracker solaire cherche le rayonnement maximum en restant perpendiculaire au soleil, augmentant la production des panneaux de 50 %. Equipés de cellules bi-face, ces générateurs ajoutent 10 à 30 % d'énergie supplémentaire grâce à la face arrière qui capte la lumière réfléchie et diffuse. Cette installation mobile permet, au total, de produire 70 % d'électricité en plus qu'une installation fixe sur toiture. Sur son mât, de faible emprise au sol (2,5 x 2,5 m), le tracker ventile mieux ses cellules et évite ainsi des pertes de rendement. Car au-delà de 25°C, la quantité d'électricité produite par les cellules photovoltaïques diminue de 0,5 % à chaque augmentation de 1°C de température.

 

Consommation instantanée

Cette production d'énergie renouvelable est destinée à une consommation directe et instantanée. L'installation doit donc être dimensionnée en fonction des besoins de l'élevage, et située au plus proche des bâtiments. Après un diagnostic de consommation mensuelle, OKWind a préconisé l'implantation de deux trackers de 110 m² de cellules chacun aux Guilmardières, pour une production de 67 785 kWh/an. Depuis septembre 2017, ces générateurs permettent d'auto-produire en moyenne 20 % de la consommation de l'atelier porcin (chauffage, ventilation, fabrique d'aliments). "Cela varie en fonction de l'ensoleillement, de 55 % les journées d'été à 2 % en hiver, précise Bertrand Rouillard. Ce qui est produit en plus de nos besoins instantanés rejoint le réseau car il n'y a pas de possibilité de stockage actuellement. Mais nous sommes prêts à installer un troisième tracker pour cela". Pour mieux utiliser l'électricité produite, les éleveurs ont changé le planning de leur fabrique d'aliments à la ferme. "Elle ne fonctionne plus la nuit, comme auparavant, mais plutôt l'après-midi, au plus fort de l'ensoleillement", indiquent-ils.

 

Coût du kWh figé

Hormis les travaux préalables à l'installation (tranchée, terrassement, maçonnerie), Bertrand et Romuald Rouillard n'ont pas eu à intervenir sur le fonctionnement des générateurs qui sont garantis, au minimum, 25 ans. Seul le changement des onduleurs est à prévoir au bout de 7 ans. Nécessitant peu d'entretien - le tracker se met à plat toutes les nuits et se trouve auto-nettoyé par la pluie ou la rosée-, il est sécurisé par une mise à plat automatique - dès que son anémomètre indique un vent supérieur à 11 m/s - ou manuelle. Les agriculteurs surveillent régulièrement les courbes de production depuis leur portable ou directement au boîtier. Mais le plus important est leur facture d'électricité. "Grâce aux trackers, nous avons économisé 7 000 € sur nos coûts d'énergie en un an, soulignent-ils, cela correspond aux annuités liées à cet investissement de 100 000 €. Aujourd'hui, l'opération est neutre pour l'exploitation. Mais, surtout, nous assurons l'avenir en figeant le prix pendant plus de 20 ans".

 

 

Carole Yché, chargée de marketing, Jérôme Heulot, responsable commercial  OKWind, et Benoît Pineau, chef de marché avicole.
Carole Yché, chargée de marketing, Jérôme Heulot, responsable commercial OKWind, et Benoît Pineau, chef de marché avicole. - © Terra

Stocker l'électricité produite

Créée en 2009 par Louis Maurice et Daniel Heulot, la société OKWind, installée à Vitré (35), a lancé ses trackers solaires. "Le système de revente de l'électricité produite avec des panneaux photovoltaïques commençait alors à perdre de l'intérêt, avec des prix en baisse", rappelle Carole Yché, chargée de marketing. "Comme nos trackers produisent de l'électricité destinée à une consommation directe, nous nous sommes naturellement dirigés vers le secteur de l'élevage qui a un besoin continu et régulier de consommation d'électricité, explique Jérôme Heulot, responsable commercial. Au départ, nous proposions des machines pour une production inférieure à 36 kWh, mais aujourd'hui nous pouvons répondre à des besoins allant jusqu'à 1 million de kWh". OKWind a équipé 250 sites et installé 370 trackers en France depuis 2014. La société, qui emploie 45 personnes, monte en puissance et envisage de se tourner vers l'export. "L'objectif de notre service recherche et développement est d'aller au-delà des 40 % d'électricité autoconsommée pour atteindre 60 à 70 % d'autonomie énergétique, annonce Jérôme Heulot, tout d'abord en stockant l'électricité produite et en stockant également la chaleur".

 

 

 

Bertrand et Romuald Rouillard ont modifé le planning de leur Faf pour optimiser leur consommation d’électricité.
Bertrand et Romuald Rouillard ont modifé le planning de leur Faf pour optimiser leur consommation d’électricité. - © Terra

La SCEA des Guilmardières


2
associés, 2 salariés

1 atelier porc de 380 truies naisseur-engraisseur

250 ha de SAU (blé, orge, maïs auto-consommé par la FAF et 20 ha de colza pour la vente)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui