Terra 01 décembre 2016 à 10h00 | Par Claire Le Clève

Transmettre s'anticipe, longtemps auparavant

Avec 50 % des agriculteurs bretons âgés de plus de 50 ans, autant dire qu'il n'est jamais trop tôt pour réfléchir à la transmission de son exploitation. Pour aider ceux qui s'interrogent, le 23 novembre dernier, la chambre d'agriculture a organisé à Vannes, dans le cadre de la semaine bretonne de la transmission, des ateliers rencontres. Objectif ? Trouver les clés d'une transmission réussie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anticiper parfois jusqu'à 10 ans, en rapport avec des investissements, est l'une des clés pour une transmission réussie
Anticiper parfois jusqu'à 10 ans, en rapport avec des investissements, est l'une des clés pour une transmission réussie - © Claire le Clève

 

 

"J'ai 61 ans. Dans deux ans, mon épouse et moi même, nous arrêterons. Notre exploitation, elle n'a jamais été un problème, cela a toujours a peu près bien marché pour nous !". Alors Bernard, qui fait valoir sur deux sites, l'un de 40 ha à Malestroit, l'autre de 20 à Ruffiac, une exploitation laitière, aimerait bien la transmettre. Ils et elles sont une cinquantaine, comme lui en ce jeudi après midi, partageant cette volonté de transmission. Ils sont venus avec leurs questions. Et elles sont nombreuses tant le livre contient de chapitres : gestion d'un patrimoine, fiscalité, aspects économiques, juridiques et fiscaux, départ en retraite, retraite et revenus, projets de vie, habitation..."Il y a de nombreuses facettes à étudier, sans en éluder", insiste Eric Touzard en charge du dossier à la chambre d'agriculture du Morbihan. D'où l'intérêt de réfléchir tôt à la question.

Valeur économique versus valeur patrimoniale

L'évaluation de l'exploitation demeure un point clé. "Quelle valeur lui donner pour ne pas pénaliser le repreneur", interroge l'un des participants. Pas d'évaluation sans diagnostic préalable, conseillent les intervenants, "y compris d'un point de vue sanitaire sur le cheptel pour en définir le statut. Cela peut éviter une mauvaise surprise après coup pour l'une ou l'autre des parties avec risque d'annulation", pointe Florence Casabonne du GDS. "Que mettez vous dans la vente, met en garde Stéphane Cail, de la Safer ? On demande du jour au lendemain à un repreneur d'acheter ce qu'on a mis tout une vie à constituer. C'est une grosse somme. Peut être faut-il différer la cession des terres qui ne perdront pas de valeur". Une ou des valeurs? Il y a la valeur patrimoniale, somme des valeurs vénales des biens, plus simple à définir. A elle, s'oppose la valeur économique, "ou de rentabilité. C'est un EBE, des prélèvements privés, une marge de sécurité et tout cela va définir, à partir d'une performance sur trois ans, le disponible pour annuité et donc la capacité d'emprunt de remboursement du jeune ou repreneur", résument Jacques Tryer, du CMB et Jean-François Bréger, du CER. Des valeurs qui sont des balises. "Elles définissent un espace de négociation". Au delà, bien des éléments interviennent : actifs, contrats, environnement, localisation, habitation, facteurs humains....

Claire Le Clève

Exergue On demande du jour au lendemain à un repreneur d'acheter ce qu'on a mis tout une vie à constituer

 

Encadré

Transmettre pour installer

Après une période de flottement et malgré la crise, "on a de nouveau des candidats à l'installation, cela repart, on a un potentiel", se réjouit Eric Touzard. Avec quatre départs (1 600 tous les ans en Bretagne) pour une installation, tous les candidats ne trouveront pas preneur. Pourtant seules 350 offres d'exploitations à reprendre sont déposées sur le répertoire départ-installation quand plus 1 000 candidats se présentent à l'installation. Plus globalement "sur 1 600 porteurs de projet, 500 n'ont pas de terre, certain projets sont peu gourmands en foncier. A l'occasion d'une mutation, ça peut-être intéressant d'aller sur des projets différents, ne pas se bloquer", encourage-t-il. Reste qu'en amont, toute une réflexion est à mener. Pour les y aider, un réseau de 25 partenaires s'est mis en place autour de cinq ambitions pour réussir : à transmettre, en anticipant, en privilégiant la valeur économique sur la valeur patrimoniale, en professionnalisant l'accompagnement des cédants et en permettant la pluralité des projets.

 

En pratique

Pour préparer sa transmission

 

Vous cherchez les clés, beaucoup sont disponibles :

Sur le site : www.transmission-en-agriculture.com

Sur un répertoire départ-installation, dit RDI : www. repertoireinstallation.com

Auprès du réseau transmission Rémy Castel 02 97 46 59 13 et Laurence Chèze 02 97 74 23 50 et au : 0810 90 29 35 (coût d'un appel local).

Avec des formations : "Je prépare ma cessation d'activité sur le plan juridique et fiscal "

A Pontivy, le 5 et 12/12 décembre

A Ploërmel les 9,15,/12 et 6/01

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui