Terra 14 juillet 2016 à 08h00 | Par Arnaud Marlet

TTIP... Et s'il était urgent d'attendre ?

Où en sont les négociations sur le projet d'accord transatlatique (Tafta) entre l'Europe et les États-Unis et que faut-il attendre du nouveau cycle de négociations (TTIP) qui a débuté à Bruxelles ? C'était tout l'enjeu du débat organisé vendredi dernier en assemblée générale de la FRSEA Bretagne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Coué, président de la FRSEA Bretagne. © Terra Thierry Pouch, chef du service des études économiques et de la prospective à l'APCA. © Terra Arnold Puech d'Alissac, membre du  bureau de la FNSEA © Terra Danielle Even, présidente de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor © Terra

Enjeux, point d'étape sur les négociations, Brexit, TTIP (traité transatlantique)... Avec le conseiller aux affaires agricoles de l'ambassade des Etats-Unis à Paris, David G. Salmon et Thierry Pouch, chef du service études économiques et de la prospective de l'APCA (asemblée permanente des chambres d'agriculture), les positions des Etats-Unis et de la France ont pu être détaillées dans leur ensemble (à retrouver dans les interviews de Terra du 8 juillet). Après le 13e round des négociations qui se sont déroulées au mois d'avril à New York, les négociateurs ont souligné "des avancées dans les domaines de la réglementation (pratiques et coopération), de la facilitation des échanges (simplification des procédures douanières pour les exportations des PME), et une amélioration des offres de réduction des droits de douane", souligne Thierry Pouch. En revanche il n'y a pas eu de discussion sur les produits agricoles sensibles, avec toujours des tensions importantes autour des indications géographiques. David G. Salmon se montre quant à lui optimiste et estime qu'il est possible de signer un accord d'ici la fin de l'année, "quitte à écarter pour l'instant les questions les plus sensibles comme le sujet agricole". La France, elle, est beaucoup plus réservée, notamment sur la question agricole et les prises de positions hostiles de la part de la société civile se font de plus en plus entendre. Sans parler de l'inquiétude du consommateur français quant au modèle de consommation alimentaire.

Le prochain cycle de négociations qui a débuté le 13 juillet à Bruxelles abordera les produits industriels, l'accès au marché (agriculture et produits transformés, services, investissements et marchés publics) et enfin la question des règles (développement durable, mesures douanières... simplification des échanges...). Que faut-il en attendre ? A ce sujet, Thierry Pouch se montre très sceptique : "Il existe des clivages importants sur les attentes d'un accord mais aussi sur les secteurs industriels et agricoles". D'autant plus que l'année 2016 est une année d'élections pour les États-Unis et que 2017 le sera pour la France. Enfin, la sortie de l'Europe du Royaume-Uni aura des effets qu'on ne mesure pas encore sur ces négociations.

Ils ont dit...

Danielle Even, présidente de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor / Dans une région d'élevage comme la nôtre, ces accords représentent des risques de distorsion supplémentaire et notre crainte est que ce traité tire les prix vers le bas. Chez nous, le système de sécurité sanitaire est appliqué dans les élevages et ce coût est assumé par le maillon production.

Arnold Puech d'Alissac, membre du bureau de la FNSEA, en charge des
questions européennes / La position de la FNSEA, après le dernier cycle de négociation est de demander la suspension des négociations. Quand on parle IGP, les Etats-Unis nous répondent "marques" et pour nous ce n'est pas du tout la même chose.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes