Terra 09 juillet 2014 à 08h00 | Par Chantal Pape

Un plan pour relancer la plantation de résineux en Bretagne

Flambée du coût de l'énergie et transition climatique obligent, le bois a le vent en poupe. Pour relancer la plantation de résineux, le plan Breizh Forêt Bois accorde des aides sur la période 2014-2020.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lors de la dernière session de la chambre d'agriculture, Bernard Ménez (à gauche sur la photo), élu au titre de la propriété forestière, a présenté la forêt bretonne avant de détailler la plan Breizh Forêt Bois.
Lors de la dernière session de la chambre d'agriculture, Bernard Ménez (à gauche sur la photo), élu au titre de la propriété forestière, a présenté la forêt bretonne avant de détailler la plan Breizh Forêt Bois. - © Chantal Pape

Avec 124 000 propriétaires privés ou publics et une surface de 378 000 ha, la forêt bretonne génère un chiffre d'affaires de 2 milliards d'€ et 20 000 emplois, répartis entre bois d'oeuvre, bois énergie et bois d'industrie. "Dans les années 60-70, le fonds forestier national a permis de planter un million d'ha, destinés à l'époque à la pâte à papier et à l'emballage", rappelle Bernard Ménez. Puis l'apparition de nouveaux matériaux relègue le bois au second plan, avant qu'il ne fasse un retour en force entre 1990 et 2010. "L'énergie et la transition climatique ont changé la donne", indique l'élu à la chambre d'agriculture au titre de la propriété forestière.

Les énergies fossiles se font plus rares quand le bois, renouvelable et stockable, peut être produit localement. Avantage supplémentaire : il séquestre le CO² au cours de sa croissance, le stocke lorsqu'il est transformé en bâtiments ou en meubles, et se substitue à des matériaux énergivores et émetteurs de CO². En 2007, le Grenelle de l'environnement lui donne un coup de pouce supplémentaire, en fixant à 23% le recours aux énergies renouvelables à l'horizon 2020, en obligeant à utiliser des matériaux au bilan carbone plus favorable et en fixant un quota de bois dans les constructions neuves.

Mais en Bretagne, la récolte est déséquilibrée : si la demande en résineux ne cesse de croître, leur surface baisse. Et, à l'inverse, les feuillus augmentent, pour une valorisation qui régresse. "Il faut donc récupérer les 20 000 ha de résineux perdus en 10 ans", indique Bernard Ménez.

Co-financé par l'Union européenne, l'Etat, la Région et les départements, le plan Breizh Forêt Bois se fixe pour objectif de planter 1 000 ha/an sur la période 2014-2020. Sous conditions, les travaux préparatoires, la plantation et les matériaux de protection peuvent être subventionnés jusqu'à 80%. "Les intérêts sont nombreux pour les agriculteurs, détaille Bernard Ménez. Valoriser les terrains délaissés de l'exploitation, en augmenter la valeur foncière et patrimoniale, se créer un capital au fil des ans... Sans oublier un atout environnemental de taille : un ha de bois séquestre entre 200 et 400 t de CO², ce qui peut s'avérer utile lors d'un bilan carbone de l'exploitation".

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui