Terra 21 juin 2018 à 08h00 | Par Elise Bénard, chambres d'agriculture de Bretagne

Un projet d’installation en maraîchage… ça se cultive !

Rencontre avec Valériane Baby, 30 ans et Niels Basclet, 29 ans de Bannalec, diplômés de la formation BPREA au centre Chamb’Agri Formation de Kérel (56).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Valériane et Niels créent le Gaec la ferme des B.A-BA, au lieu-dit Castel Coudïec à Bannalec et témoignent : "Être chef d’entreprise aujourd’hui, c’est accepter la responsabilité totale de ses réussites comme de ses échecs, et ça peut faire peur…"
Valériane et Niels créent le Gaec la ferme des B.A-BA, au lieu-dit Castel Coudïec à Bannalec et témoignent : "Être chef d’entreprise aujourd’hui, c’est accepter la responsabilité totale de ses réussites comme de ses échecs, et ça peut faire peur…" - © Terra

Un joli couple, avec la tête sur les épaules mais déjà des rêves plein les yeux… Valériane et Niels, ne sont ni l’un ni l’autre issus du milieu agricole, mais très vite l’agriculture s’est révélée à eux. Elle, ancienne animatrice socio-culturel à Briec (29), et lui, cuisinier de métier à Paris, quittent leur job respectif pour mettre toutes les chances de leur côté et s’engagent dans un projet professionnel ambitieux : revenir aux fondamentaux et à la terre. Passionnés, et c’est peu de le dire, Valériane et Niels, avaient néanmoins bien conscience dès le début de leur aventure que l’on ne s’improvise pas agriculteur du jour au lendemain. Afin d’être sûrs de s’engager dans un projet professionnel réellement viable mais aussi à l’image qu’ils s’en faisaient, notre jeune couple s’est lancé, pas à pas, à la découverte du métier de maraîcher.

 

Du potager familial au projet de ferme sociale

Première étape, apprendre ce qu’est la terre, comment on la cultive mais aussi comment on la respecte. Niels se lance alors dans la création et l’entretien de jardins partagés à Rosporden, "c’est une première approche, une occasion unique de revenir à la terre tout en réfléchissant au projet que l’on voulait construire ensemble avec Valériane". Niels se documente beaucoup grâce aux nombreux livres publiés sur le sujet. Valériane découvre quant à elle le monde paysan à Briec où ils vont finir par s’installer. Confortés dans la certitude d’avoir trouvé le projet de leur vie, tous les deux vont passer une saison entière en tant que bénévoles dans les fermes des alentours, notamment chez un jeune agriculteur près de Bannalec. "Le monde paysan a été particulièrement accueillant avec nous, mais très vite nous nous sommes rendus compte qu’il nous faudrait une solide formation. Comptabilité, gestion, investissement, partenariat, impératifs météorologiques, autant de compétences à acquérir et rien ne s’improvise, nous voulions être crédibles auprès de nos interlocuteurs !", ajoute Valériane.

 

Une formation à la hauteur de leurs ambitions

Notre jeune couple s’est donc mis à la recherche d’une formation qui correspondrait à leurs ambitions. "Nous souhaitions avoir une approche bio, avec une formation spécifique et vraiment adaptée. Notre souhait était de pouvoir créer, à terme, une structure maraîchère réellement ancrée sur son territoire avec des liens forts à tisser au niveau la population locale. Le centre de formation de Kérel, où nous avons réalisé notre professionnalisation nous a permis de rencontrer d’autres futurs entrepreneurs, avec le même type de questionnement. Par les échanges, cela a nourri nos idées et fait avancer notre projet", se souvient la jeune femme. Le stage en entreprise a été un temps fort incontournable pour beaucoup de candidats, une sorte de mise en situation très formatrice. En parallèle, Valériane et Niels recherchent des terres pour leur future exploitation, souvent un souci majeur dans cette filière de production. Ils finissent par les trouver… deux jours à peine après la fin de la formation ! De quoi leur donner le sourire et regonfler encore un peu leurs certitudes. Avantage non négligeable, le lieu se prête particulièrement à l’implantation d’un magasin en vente directe… que demander de plus ?

 

Un regard réaliste mais optimiste sur leur métier

"Être chef d’entreprise aujourd’hui, c’est accepter la responsabilité totale de ses réussites comme de ses échecs, et ça peut faire peur… Comment être sûr de faire les bons choix d’investissement ou de gestion ? Il faut s’accrocher, c’est ce que nous avons fait depuis plus de deux ans maintenant. Nous croyions fermement à notre projet tant l’envie de retrouver la terre était forte. En revanche, nous ne pensions pas que le métier nécessitait autant de compétences dans un cadre aussi réglementaire, c’est une découverte dont on se serait peut-être bien passé, ajoute Niels en souriant. Ce qu’il faut de toute façon, c’est composer petit à petit et croire en son modèle jusqu’au bout… notre projet aujourd’hui est exactement celui que nous envisagions au départ. Nous avons été prévoyants et réalistes, ce qui nous donne l’avantage de regarder l’avenir plus sereinement".

 

 

 

 

Le centre de formation de Kérel

Prochaine rentrée : automne 2018

Rendez-vous le mardi 26 juin et 10 juillet à 14 h pour des informations collectives sur les rentrées BPREA.

Contact et renseignements au 02 97 51 59 79 ou sur www.chambagri-formation.com

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Infos techniques terra sur Synagri

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui