Terra 24 mars 2017 à 08h00 | Par Jean Dubé

Un projet pour "mieux d’agriculture" et "mieux d’Europe"

La semaine prochaine, Brest sera pour quelques jours la capitale de l’agriculture française. La FNSEA y a en effet donné rendez-vous à plus de 1 000 délégués de tous les départements de France. Ce congrès sera un moment fort à trois niveaux. Ce 71e congrès sera électif. Après la disparition de Xavier Beulin, l’organisation syndicale devra se choisir un nouveau président. Un rapport d’orientation consacré à la PAC et à l’Europe sera débattu. Le dernier jour, les 11 candidats à l’élection présidentielle seront invités à s’exprimer sur leur projet pour l’agriculture française. De quoi faire revenir les questions économiques et agricoles sur le devant de la scène ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le congrès FNSEA se tient cette année à Brest, à quelques kilomètres du portique écotaxe de Pont de Buis, symbole de la fronde des bonnets rouges d'octobre 2013 à laquelle les agriculteurs finistériens ont largement contribué.
Le congrès FNSEA se tient cette année à Brest, à quelques kilomètres du portique écotaxe de Pont de Buis, symbole de la fronde des bonnets rouges d'octobre 2013 à laquelle les agriculteurs finistériens ont largement contribué. - © Terra

Si les échéances internes et européennes seront bien-sûr dans la tête de chacun des congressistes, c’est bien sûr la situation très difficile des agriculteurs français qui sera probablement le point central des discussion de ce congrès.

La crise agricole n'est pas qu'économique

Dès le début du congrès de Brest, une longue séance à huis-clos sera l’occasion d’une expression des régions, des associations spécialisées et des productions. Nul doute que cette année, la crise agricole interminable et ses conséquences seront au centre des débats. Comment répondre aux situations individuelles difficiles des agriculteurs, comment améliorer le quotidien mais aussi l’avenir des paysans français ? Les questions sont nombreuses, d’autant qu’elles sont compliquées par des attaques médiatiques et de mouvements sur l’environnement, le bien-être animal,… Le mal-être paysan est une réalité, et pas seulement sur un plan économique.

Christiane Lambert, candidate à la présidence

Alors que l’ancien président avait annoncé son intention de solliciter un nouveau mandat, la disparition brutale de Xavier Beulin a totalement rebattu les cartes. Depuis quelques jours, Christiane Lambert assure la fonction de première vice-présidente, et par intérim, celle de présidente jusqu’au prochain conseil d’administration électif comme le prévoient les statuts de l’organisation. C’est ce conseil électif qui devra désigner son bureau. Lors du conseil d’administration du 16 mars, Christiane Lambert a fait connaître son intention de briguer la présidence de la FNSEA. L’arrivée d’une femme à la présidence serait une première, mais Christiane Lambert est habituée de ces premières ! Puisqu’elle a déjà été la première femme à être élue présidente des Jeunes Agriculteurs. Mais le processus électoral ne concerne pas que le ou la président-e. En effet, le congrès de Brest viendra clore un long processus électoral engagé depuis fin décembre dans la totalité des départements. L’ensemble les délégués départementaux et régionaux ont été renouvelés et ces derniers éliront à Brest les membres du conseil d’administration. C’est donc bien toute la "pyramide" de la FNSEA qui sera renouvelée. Si à ce jour une seule candidate est déclarée, d’autres candidats ont la possibilité de le faire d’ici avril, d’autant que la constitution de l’équipe est une alchimie très complexe entre la représentation des régions, des productions, les hommes bien-sûr, dans un contexte très complexe.

L'Europe au c½ur du projet

Henri Brichart, vice-président, présentera avec Jérôme Volle et Arnold Puech D’Allissac le rapport d’orientation. Tous les trois ans, la FNSEA ouvre un thème de rapport d’orientation qui est ensuite approfondi les deux congrès suivants. Cette année, alors que la commission européenne vient d’ouvrir une grande consultation sur la réforme de la PAC, c’est le thème de l’Europe qui a été choisi. Mais l’angle de traitement sera très large. Il s’agit en effet de s’interroger à quelques mois du Brexit, alors que l’euro-scepticisme semble prendre le pas chez les agriculteurs, sur ce qui provoque ce "rejet" et surtout identifier ces propositions d’amélioration à la fois sur l’Europe mais aussi sur la PAC. Dans son rapport, le scénario dit de "science-fiction" de la sortie de l’Europe est décrit. Les rapporteurs ne semblent pas croire vraiment dans cette hypothèse mais la question est posée et la FNSEA prend position très clairement sur ce point. Elle prend part au débat public. Alors que le ciment historique semble s’effriter, il est temps pour la FNSEA de formuler des propositions pour plus d’Europe et surtout mieux d’Europe. Elle insiste sur la nécessité de faire redémarrer la machine européenne, par un projet européen totalement inexistant ces derniers mois.

11 candidats auditionés

Alors que la campagne électorale pour les présidentielles bat son plein, nombreuses sont les voix qui regrettent la tournure de cette campagne qui a bien du mal à sortir du seul traitement des "affaires". Lors du congrès de Brest, les 11 prétendants à la "fonction suprême" seront invités à s’exprimer devant les congressistes et l’ensemble des organisations du CAF (le conseil de l’agriculture française). Chacun disposera du même temps de parole, et aura même l’occasion d’échanger avec les congressistes pendant une dizaine de minutes dans un débat à " bâtons rompus". Un exercice qui avait déjà été réalisé lors de l’élection de 2012 et auquel aucun candidat - à l’époque - ne s’était soustrait. Ce "grand oral" que Christiane Lambert qualifie déjà de grand oral de rattrapage tant les questions agricoles et économiques d’une façon générale ont été occultées dans cette campagne électorale. Rarement congrès de la FNSEA n’aura été autant observé et suivi. Le choix des orientations stratégiques, le débat avec des candidats aux présidentielles seront un moment fort qui feront peut-être de ce rendez vous le moment où l’on reparlera d’agriculture. Un rendez-vous essentiel à l’intérieur comme à l’extérieur de l’organisation.

Un accueil XXL

Toute la FDSEA du Finistère est sur le pont depuis plusieurs mois pour organiser un accueil dont se souviendront les 1200 participants du congrès.  Car un congrès, c'est aussi l'occasion de montrer une région, des paysages, de faire connaitre des produits, des pratiques et bien-sûr de faire passer quelques messages positifs !

Autour de Charles Laot, président du comité d'organisation et de Thierry Merret, président de la FDSEA du Finistère, une armée de bénévoles est mobilisée et accompagnée par les partenaires du congrès. La convivialité est bien-sûr un des mots d'ordre, mais elle accompagne le professionnalisme parce qu'un congrès, c'est aussi une très grosse machine à gérer pendant trois jours !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L’actualité en direct
Infos techniques terra sur Synagri

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui