Terra 22 septembre 2016 à 08h00 | Par Paul Jégat

Un Space d'élection pour sa trentième édition

Le léger repli de la fréquentation n'a pas entamé les fondamentaux du Space qui vendredi dernier refermait les portes de sa trentième édition. Le cap des 100 000 entrées a une nouvelle fois été franchi, malgré des chantiers d'ensilage bien engagés et une moindre affluence des visiteurs du Maghreb, pour cause de fête de l'Aïd el kebir. Plus inhabituel, le défilé des candidats possibles à la présidentielle de mai 2017 a -presque- failli faire de l'ombre aux concours animaux. Plus étrange encore, la crise omniprésente dans les esprits s'est faite très discrète dans les allées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-François Copé © Terra Emmanuel Macron © Terra Nicolas Dupont Aignan © Terra François Fillon © Terra Alain Jupp © Terra Bruno Lemaire © Terra

À moins de huit mois de l'élection présidentielle, le Space s'est transformé en carrefour de candidats -déclarés ou pas- à la fonction suprême. En trente ans d'existence du salon, on n'y avait jamais croisé autant de personnalités politiques de premier plan. Parfois au risque de la collision. Ministre en charge de l'agriculture, Stéphane Le Foll ne prétendait à rien d'autre que l'exercice de sa fonction en déambulant à la fraîche, jeudi dernier, sans se rendre compte que dans son empressement à traverser le hall 5 où se concentrent les exposants institutionnels, il se rapprochait dangereusement de Bruno Lemaire, son prédécesseur à l'agriculture jusqu'en 2012. Au même moment, quelques mètres plus loin, l'ex-ministre de l'agriculture de Nicolas Sarkozy se remémorait ses précédentes visites. Mais, premier arrivé des candidats du jeudi, devant Alain Juppé et François Fillon, il a rassuré tout le monde en insistant dans sa défense d'un projet agricole axé sur la simplification des normes et une relance de l'agriculture, en faisant d'elle "un enjeu majeur et une priorité de la France à Bruxelles". La collision entre l'ex ministre et le ministre n'a pas eu lieu, Stéphane Le Foll allant même jusqu'à convenir que, dans tous les cas, l'an prochain il ne serait pas là...Mais, pour l'heure et se refusant au piège du bilan puisque lui au moins est encore ministre, Stéphane Le Foll est resté calme et ferme, cerné par une délégation très fournie de responsables FDSEA prêts, eux, à faire l'inventaire de la gestion de crise.

A quelques dizaines de mètres de là, beaucoup plus paisible, Alain Juppé était reçu avec tous les honneurs du protocole par le président du Space Marcel Denieul. D'ailleurs toutes les personnalités politiques ayant émis le souhait d'une visite oficielle du salon, ont eu droit à ce traitement protocolaire, Depuis Nicolas Dupont Aignan à Jean-François Copé, en visite le mercredi, tout comme Emmanuel Macron, pourtant ni candidat ni élu, à Bruno Lemaire et Alain Juppé donc et François Fillon qui fermaient le ban, au moins six candidats possibles à la future élection présidentielle ont fait le déplacement jusqu'à Rennes la semaine passée. Preuve que le Space est une tribune agricole et politique de tout premier plan. Même le commissaire européen à l'agriculture Phil Hogan s'est plié à l'exercice de la visite du Space. Là encore du jamais vu.

 

 

Phil Hogan, commissaire européen à l'agriculture 
reçu par Marcel Denieul président du Space et Philippe De Guénin, Draaf Bretagne.
Phil Hogan, commissaire européen à l'agriculture reçu par Marcel Denieul président du Space et Philippe De Guénin, Draaf Bretagne. - © Terra

Lait, Phil Hogan considère que "les mesures portent leurs fruits"

A l'occasion de sa première visite au Space vendredi dernier, le commissaire européen à l'agriculture Phil Hogan a expliqué que les mesures prises par la Commission européenne sur le marché du lait "portent leurs fruits" et que la situation s'améliore. Selon la Commission européenne, le cours du lait à la ferme est remonté en Europe de 0,6 % au mois d’août pour la première fois depuis huit mois. Concernant la viande bovine, il postule que le secteur devrait bénéficier de l'amélioration du marché laitier, et que le vrai défi réside dans la relance de la consommation.

 


"C'est au monde agricole de donner de l'information aux politiques"

"C'est au monde agricole de donner de l'information aux politiques", a affirmé Christian Harbulot, directeur de l'Ecole de Guerre Economique, le 14 septembre, lors d'un colloque au Space sur le thème "des agriculteurs au cœur d'une guerre économique", organisé par le Syrpa, association regroupant les professionnels de la communication en agriculture. "Il est absolument nécessaire que le monde agricole communique à l'extérieur", insiste-t-il en rappelant les enjeux cruciaux qui se jouent autour de l'agriculture (stabilité politique, alimentation, emploi, etc). "Il y a des batailles informationnelles qui n'ont pas été menées", a-t-il scandé. Un thème qui a été repris par Yves Madre, conseiller chez Farm Europe, le même jour, durant une table-ronde sur "Quelle PAC en 2020 pour les agriculteurs de l'Ouest ?". "Il faut nourrir les décideurs avant qu'ils ne mettent les choses en branle pour la futur PAC pour qu'elle se décide par ceux qui la vivent", observe-t-il. "D'où la nécessité", selon lui, "d'être très en amont pour le secteur agricole porte son message : ce qu'il est, où il veut aller et comment."

 

Propositions pour la production porcine

Si les perspectives en matière de prix du porc sont aujourd’hui encourageantes, "il faudra plusieurs mois pour remettre à flot les élevages qui perdent de l’argent depuis des années, et encore plus pour investir", a souligné Philippe Bizien, président du comité régional porcin (CRP), lors d’une conférence de presse le 15 septembre. Le comité breton a détaillé des propositions "très pragmatiques" en faveur de la production porcine (comment conforter l’élevage conventionnel de porcs, favoriser l’installation-transmission, lutter contre le dumping social et fiscal...) pour lesquelles elle attend un engagement des candidats à la présidentielle, rencontrés pour certains lors de leur venue au Space. Le CRP a aussi rappelé son attachement au marché au cadran qui permet de "définir un prix public respecté par tous". "Un outil fragile mais qui reste, selon le CRP, un des ciments de la production porcine". Sans ce marché collectif, prévient Philippe Bizien, "il y a des risques de prix différenciés entre éleveurs qui mettront à mal les plus faibles et les plus éloignés des centres d’abattage".


 

Le ministre de l'agriculture sur le stand de la FNSEA pour un échange avec les responsables professionnels de l'Ouest.
Le ministre de l'agriculture sur le stand de la FNSEA pour un échange avec les responsables professionnels de l'Ouest. - © Terra

Stéphane Le Foll annonce un plan pour l'ensemble des productions

Visitant le Space le jeudi 15 septembre, Stéphane Le Foll a annoncé la présentation d'ici deux semaines d’un plan pour l’ensemble des filières et en particulier les céréales. "Un plan sera présenté pour l’ensemble des productions, en particulier les productions céréalières, car je n’oublie pas les difficultés des céréaliers", a-t-il affirmé avant une rencontre avec les responsables agricoles. Le ministère indique être en train de calibrer des mesures de garanties publiques pour aider à refinancer les exploitations en difficulté, avec également les banques et la Banque publique d’investissement (BPI) pour que "chacun joue son rôle".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes