Terra 08 février 2018 à 01h00 | Par Nathalie Le Drezen, chambres d'agriculture de Bretagne

Un tiers de l’abattage breton aux mains de la grande distribution

La Bretagne est la première région française pour l’abattage de porcs avec 58 % des volumes nationaux en 2017. L’activité est aux mains de quelques groupes situés aux premières positions nationales qui sont aussi très présents dans le maillon de la fabrication de charcuteries-salaisons.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Crab

Les abattages de porcs en Bretagne devraient atteindre 13,8 millions de porcs en 2017, en baisse de 1,5 %. Le repli au niveau national est comparable. En Bretagne, depuis 2008, année où l’abattage a été maximal, la diminution est de plus de 600 000 porcs (- 4,2 %). Deux groupes, Cooperl Arc Atlantique et Groupe Bigard représentent respectivement 20 et 19 % des abattages français. Les cinq premiers groupes fortement implantés en Bretagne, totalisent les deux tiers de l’abattage national.

Des groupes de l'abattage présents aussi dans la transformation

La plupart des principaux groupes bretons d’abattage de porcs sont aussi présents dans le maillon de la fabrication de produits transformés. 2017 a été marqué par la reprise du pôle charcuteries salaison de la Financière Turenne Lafayette par le groupe Cooperl Arc Atlantique. Cette opération lui permet de renforcer sa position sur le segment de la salaison, avec des marques comme Madrange, Prédault et Montagne Noire qui ont une forte notoriété auprès du consommateur. Il a aussi développé sa position géographique avec des sites localisés sur toute la France. Le groupe devient ainsi un acteur important du secteur français de la charcuterie. En jambon cuit, l’entreprise détiendrait désormais 30 à 40 % du segment des jambons cuits et 40 à 50 % des pâtés et préparations à base de foie. De son côté, Jean Floc’h, et sa filiale Clermont spécialisée dans la découpe et les élaborés de porc, continuent de faire preuve de créativité grâce à de nouveaux produits. Les distributeurs Intermarché et Leclerc par le biais de Kermené disposent également d’outils de transformation en Bretagne.

Une conjoncture difficile

En matière de prix, l’année 2017 avait bien commencé. La moyenne du prix de base défini au marché du porc breton atteint, sur les sept premiers mois de l’année 2017, 1,45 €/kg. Un prix supérieur à l’année 2016 où le prix moyen a été de 1,29 €/kg. Mais une consommation intérieure atone et le repli des achats chinois, seulement en partie compensé par une hausse des achats du Japon, des Philippines, de la Corée du Sud et des États-Unis, ont fait pression sur le prix qui termine l’année à 1,142 €/kg ; établissant la moyenne annuelle de 2017 à 1,37 €/kg. En ce début 2018, la situation reste compliquée du fait d’une offre mondiale très conséquente, d’une parité euro/dollar défavorable aux exportations européennes et d’une demande qui reste encore timide.

- © Terra

Les principaux abatteurs en Bretagne

- En pole position, comme chaque année, la coopérative Cooperl Arc Atlantique, dispose de deux sites d’abattage en Bretagne à Lamballe et Montfort-sur-Meu. Un troisième est situé en Poitou-Charentes.

- Viennent ensuite les unités Agromousquetaires (Josselin Porc Abattage, Gatines Viande à la Guerche de Bretagne et la Société Briécoise d’Abattage) appartenant à l’enseigne Intermarché qui se positionne au second rang.

- À la troisième place, le groupe Jean Floc’h dispose de deux outils d’abattage à Locminé et Loudéac, suivi de Kermené du groupe Leclerc, avec un seul site d’abattage, multi-espèces à Saint-Jacut-du-Mené.

- En cinquième place, le groupe privé Bigard détient en Bretagne deux abattoirs de porcs, localisés dans le Finistère : Châteauneuf-du-Faou et Quimperlé. Le groupe abat également des porcs dans cinq autres sites hors Bretagne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Terra se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui